Soigner: soulager ou guérir ?

Prendre soin dans le sens d’apaiser les gênes, les souffrances ou les incapacités ? Ou donner des soins, dans le sens de contribuer à la guérison d’une maladie ? C’est se poser la question de la mission du médecin et, plus largement, de la mission de toutes les professions qui ont une relation de soin avec un malade.


En disant malade, je ne prend pas en compte, de fait, la prévention.

En disant malade, je soulève la question de ceux qui se sentent, s’éprouvent, malades et que la médecine ne reconnaît pas comme tels, en fonction des connaissances dont elle dispose.

En disant malade, je pose encore la question de ceux qui souhaitent profiter des moyens que les techniques médicales mettent à leur disposition pour modifier leur nature.

J’y reviendrai.

C’était simple au temps d’ Ambroise Paré : « Je le pansais, Dieu le guérit », disait-il, reconnaissant, au-delà des insuffisances de l’ époque, la relativité du pouvoir médical…

Les choses ont bien changées, notamment depuis moins d’un siècle.

Se poser la question aujourd’hui c’est répondre à un problème de société devant la maladie et la mort certes, mais aussi devant les possibilités et les illusions des techniques biologiques, tant en terme de prévention qu’en terme de transgression des limites de la nature.

Un problème de société parce que devant ces problèmes il existe, selon les circonstances et selon les personnes, entre soignants et soignés, soit une différence de perception source d’incompréhension, soit une complicité certaine.

C’est aux soignants qu’il revient, devant ces problèmes, d’avoir une connaissance aussi précise que possible de la nature de ce qu’on leur demande, de ce qu’ ils peuvent faire, de ce qu’ils doivent faire et de ce qu’ils font.

C’est de leur responsabilité, d’homme, ou de femme, et de chrétien ou de chrétienne…

La mission du médecin

Elle nous est précisée par la Déclaration d’Helsinki (1975) :

« La mission du médecin est de veiller à la santé de l’homme. Il exerce cette mission dans la plénitude de son savoir et de sa conscience ».

Cette définition, apparemment simple et rigoureuse, reste ambiguë aujourd’hui au moins sur deux termes. En effet, si on peut admettre que la plénitude du savoir correspond à la maîtrise des données scientifiques établies, qu’en est-il de la santé, et de la conscience ?

Quelle santé ?… « La santé n’est pas la simple absence de maladie ou d’infirmité, mais un état de complet bien-être physique, mental et social », nous répond l’Organisation Mondiale de la Santé dans la définition qu’elle en a donné en 1946.

Rien n’étant moins objectif que la notion de bien-être, cette définition est compatible avec toutes les dérives contemporaines, culminant avec le mieux-être notamment ! Ecoutons un philosophe contemporain, se disant athée, donc peu suspect d’obscurantisme… :

« Dieu est mort, vive la Sécu… Quand on ne croit plus au salut, on s’intéresse davantage à la santé… Qu’est-ce que philosopher ? C’est penser mieux pour vivre mieux. Dès lors que la médecine fait de formidables progrès et que la philosophie déserte ce terrain-là, qui était sa vocation, forcément la médecine tend à la remplacer dans la tête de nos contemporains (parce que l’idéal de santé remplace l’idéal de sagesse), ce qui me paraît un contresens et sur la médecine et sur la philosophie » (André Comte-Sponville)

Quelle conscience, ou, plus précisément, une conscience éclairée par quels principes ? A une époque où sont contestées des références morales, universelles depuis la nuit des temps comme le Serment d’Hippocrate (5ème siècle avant Jésus-Christ) manipulé au gré des caprices et des transgressions contemporaines (on peut se reporter utilement aux versions en cours aujourd’hui dans différentes facultés de médecine), quels peuvent être les repères de la conscience du médecin ? Les soi-disant valeurs républicaines ? C’est un peu court et changeant au gré du temps et des lieux. La loi ? Mais ses variations dans l’espace (d’un pays à l’autre, même au sein de notre union européenne) et dans le temps ne lui donnent pas d’autre légitimité que celle de l’instant d’un consensus supposé et fugitif, rarement en accord avec la réflexion de Montesquieu:  » Une chose n ‘est pas juste par ce qu’elle est dans la loi, mais elle doit être dans la loi par ce qu’elle est juste  »

Alors, revenons, non pas à l’objet, mais au sujet de la mission soignante, le patient.

Le patient

Il y a quelques années, un auteur américain, parmi les principes qui devaient gouverner les études médicales, connus de tous disait-il, mais jamais appliqués, mettait en premier:  » le propos des études médicales est le soin des patients, le patient vient en premier.  » (Ludwig Eichna, cardiologue, doyen de faculté)

« Ce pourquoi ai-je suggéré à mes amis, s’il est un péché mortel, pour un médecin, c’est peut-être de préférer la médecine (comme science) à ses patients. Car ils ne sont vraiment médecins ou dignes de l’être, que par la supposition inverse : la médecine est là pour le patient, non le patient pour la médecine. » (André Comte-Sponville, philosophe)

« Le mur suprême, tragiquement concret mais aussi symbolique, entre le soignant et le soigné, c’est la douleur de ce dernier… Si beaucoup de praticiens confisquent la parole, ce n’est pas uniquement pour préserver le mystère et le pouvoir de ceux qui savent, ni par paresse technocratique : c’est par peur de l’émotion, du trouble que la souffrance ou, plus simplement, la demande du patient risque d’engendrer… Chez les intrusifs (à l’hôpital), le corps des gens a complètement disparu. Médecins, infirmières, délaissent des yeux la silhouette allongée et se reportent vers le moniteur, où la vraie vie s’affiche. La tumeur n’est pas dans le ventre, elle est sur l’écran. » (Hervé Hamon, journaliste)

Alors, guérir ?

Viktor Frankl raconte la cure  » miraculeuse  » d’une étudiante qu’il avait écoutée, à l’issue d’une conférence lui parler de ses angoisses, sans rien comprendre à son discours : l’empathie avait apparemment joué à plein et permis la guérison.

Henri Ellenberger, ouvrant le 10eme Congrès des Psychothérapies à Paris en 1976, faisait remarquer que les résultats des psychothérapies dépendent plus de la qualité du thérapeute que de l’école ou de la technique dont il se réclame. L’accent mis de nos jours sur l’importance et la qualité, de la relation transférentielle montre bien l’importance de la place que peut retrouver le patient dans le regard de l’autre, comme préalable à sa réinsertion dans le monde.L’illusion du pouvoir de la science : « L’efficacité de nos thérapeutiques est tout à fait remarquable, mais je voudrais qu’on n’oublie pas que nous n ‘avons pratiquement aucune thérapeutique étiologique… II n ’empêche qu’avec les progrès que nous avons faits, nous mettons l’ organisme en état de revenir à un état de santé ou de ce qui s’en rapproche le plus.. Sur ce plan là, il est souhaitable que nous gardions une certaine modestie qui doit entrer en ligne de compte dans la mesure du risque thérapeutique, car en fait le problème se pose de cette manière-là : que peut-on espérer du traitement qu’on va mettre en route ? et, à l’inverse: que doit-on en craindre ? D’un côté c’ est un espoir, mais de l’autre côté la crainte repose sur une certitude. »(Jean Dry, président de la société internationale de thérapeutique, Paris, 1985)

« Vouloir guérir à tout prix relève d’un désir inconscient d’omnipotence chez le médecin. » (Norbert Bensaïd, généraliste)

« Si nous faisions le compte des maladies qui guérissent spontanément, de celles pour lesquelles nous n’avons aucune efficacité, de celles dont la prévention, la guérison ou la stabilisation dépendent principalement du comportement des malades, peut-être pourrions nous reconnaître qu’en médecine quotidienne, l’essentiel est moins de traiter les maladies que de prendre soin des hommes. » (professeur Claude Béraud, Bordeaux)

« L’équilibre du vivant (la santé), c’est un pseudo équilibre dynamique de multiples déséquilibres naturellement compensés. » (Jean Piaget, philosophe).

« L ‘homme qui a un pourquoi vivre est capable de supporter n’importe quel comment vivre. » (Dostoïevski, cité par Viktor Frankl).

Ou soulager ?

« Si bien que je ne pense pas qu ‘il ne faudrait soigner que les souffrances qui seraient d’origine pathologique, car je suis convaincu qu’il a des souffrances non pathologiques qui sont pathogènes ou qui risquent de le devenir… Vous êtes donc parfois amenés à soigner des gens qui ne sont pas malades pour éviter qu’ils ne le deviennent, et ce n’est pas moi qui vous le reprocherais. . . Et puis. il y a aussi un devoir de compassion: quand les gens souffrent atrocement et que l’on peut, grâce à la médecine, les aider à survivre un peu mieux, ou un peu moins mal, on aurait tort de s’en priver…  » (André Comte-Sponville, philosophe)

« Les limites entre fonctions thérapeutiques et fonctions dites de confort des médicaments psychotropes sont l’objet de vives polémiques… L’objet du soin est devenu incertain. Pourquoi le confort est-il un problème aujourd’hui ? Nous prenons bien en permanence de l’aspirine pour soulager des symptômes douloureux, pourquoi devrait-il en être autrement avec un antidépresseur ?… En quoi la possibilité de gérer d’une façon fine nos humeur, est-elle un problème, et de quelle nature ? » (André Ehrenberg, sociologue)

Et la prévention ?

S’il est légitime de vouloir prévenir, dans la mesure du possible, l’apparition d’une maladie en agissant sur l’un de ses co-facteurs, il l’est moins de privilégier ce souci au point d’en occulter les demandes de soulagement. Un exemple de cet excès d’objectivation médicale alors que la demande du patient est essentiellement subjective est fourni par l’attention prioritaire accordée aujourd’hui par de nombreux médecins au dépistage de facteurs de risque devant n’importe quelle demande. Il en est souvent ainsi lorsqu’un patient se plaint de troubles fonctionnels digestifs : la réponse est la recherche de polypes ou de cancers. C’est encore le cas devant des troubles fonctionnels de la périménopause où la seule réponse apportée est un traitement préventif de l’ostéoporose ou du risque vasculaire. On peut encore citer les maux de gorge que le médecin ne cherche pas vraiment à soulager tant il est préoccupé par la prévention du risque streptococcique.

Prendre soin du patient, oui mais en respectant la nature humaine

Une autre facette du problème est la confiance prioritaire accordée à l’utilisation des techniques pour satisfaire, ou tenter de satisfaire , les demandes de confort ou de performance, au détriment d’une véritable prise en compte de la santé, et de respect de la nature. . . et il n’y a pas que les sportifs, mais au quotidien, et de plus en plus, des demandes d’ordre esthétique ou plus banalement de mieux-être.

Qu’il s’agisse de performance, de dépassement, ou de culte du corps sous l’influence de modèles dominants, la frontière est aisément franchie entre la restauration de la santé et la manipulation de la nature dans son essence ou sa contingence.

La mission du médecin

Ces réflexions nous amènent à préciser la nature et les limites de la mission médicale.

– mission de service, et non d’autorité, mais les demandes des patients, ou de leur entourage, sont trop souvent, au goût du médecin, déviées en délégations de responsabilité.

– mission ordonnée au maintien, ou à la restauration, de la santé, mais dans le respect de la nature humaine.

– mission dépendante des possibilités offertes par l’état des sciences. Cette dépendance s’entend dans les deux sens: elle ne peut aller au-delà du possible, mais l’application de tout le possible peut dénaturer la mission du médecin, le possible aujourd’hui étant aussi celui de dénaturer l’homme.

– mission au service de la vie, mais sans déni de la mort. La vieillesse a été rayée de la liste internationale des causes de la mort en 1948. Sans maladie, serions-nous donc immortels ? Dans le même ordre d’idées, lorsqu’on publie des statistiques sur les résultats attendus de traitements, notamment à visée préventive, on parle de « vies sauvées » sans jamais préciser à quel âge, ni de quoi, ces rescapés voudront bien mourir un jour! Quant aux causes de la mort, rarement simples, on parlera uniquement de tel ou tel facteur (alcool, tabac, diabète. . . ) en fonction de présupposés idéologiques.

Bref, l’art médical doit rester celui d’utiliser avec prudence des sciences en devenir perpétuel, sans déni des véritables enjeux, et avec toujours l’obsession du respect de l’homme.

« Que les dieux m’accordent a sérénité pour accepter ce que je ne peux changer, le courage pour changer ce qui est en mon pouvoir et la sagesse pour faire la différence »

Professeur J. de Butler

Bibliographie :

Eichna L. A medical school curriculum for the 1980’s, New Engl.J.Med., 1983;308: 18-21 Ftankl V. Un psychiatre déporté témoigne. le Chalet,Paris, 1969.

Leprince-Ringuet L. La potion magique.Flammarion éd.1980

Lorenz K. Les 8 péchés capitaux de notre civilisation. Flammarion, Paris, 1973.

Sournia JC. Ces malades qu’on fabrique, le seuil éd. Paris, 1977

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Informations légales

1. Présentation du site.

En vertu de l’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, il est précisé aux utilisateurs du site www.assomedicalegabriel.fr l’identité des différents intervenants dans le cadre de sa réalisation et de son suivi :

Propriétaire : Association Médicale Gabriel – Association loi 1901 – W691092283 PREFECTURE DE LYON – 3 allée Berger, 69160 Tassin-La-Demi-Lune
Créateur : AD/sum
Responsable publication : Dr Jean Jacques Canet – contact@assomedicalegabriel.fr
Le responsable publication est une personne physique ou une personne morale.
Webmaster : AD/sum – webmaster@ad-sum.com
Hébergeur : AD/sum – 4 rue Sala, 69002, Lyon
Crédits :
Le modèle de mentions légales est offert par Subdelirium.com Générateur de mentions légales

2. Conditions générales d’utilisation du site et des services proposés.

L’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr implique l’acceptation pleine et entière des conditions générales d’utilisation ci-après décrites. Ces conditions d’utilisation sont susceptibles d’être modifiées ou complétées à tout moment, les utilisateurs du site www.assomedicalegabriel.fr sont donc invités à les consulter de manière régulière.

Ce site est normalement accessible à tout moment aux utilisateurs. Une interruption pour raison de maintenance technique peut être toutefois décidée par Association Médicale Gabriel, qui s’efforcera alors de communiquer préalablement aux utilisateurs les dates et heures de l’intervention.

Le site www.assomedicalegabriel.fr est mis à jour régulièrement par Dr Jean Jacques Canet. De la même façon, les mentions légales peuvent être modifiées à tout moment : elles s’imposent néanmoins à l’utilisateur qui est invité à s’y référer le plus souvent possible afin d’en prendre connaissance.

3. Description des services fournis.

Le site www.assomedicalegabriel.fr a pour objet de fournir une information concernant l’ensemble des activités de la société.

Association Médicale Gabriel s’efforce de fournir sur le site www.assomedicalegabriel.fr des informations aussi précises que possible. Toutefois, il ne pourra être tenue responsable des omissions, des inexactitudes et des carences dans la mise à jour, qu’elles soient de son fait ou du fait des tiers partenaires qui lui fournissent ces informations.

Tous les informations indiquées sur le site www.assomedicalegabriel.fr sont données à titre indicatif, et sont susceptibles d’évoluer. Par ailleurs, les renseignements figurant sur le site www.assomedicalegabriel.fr ne sont pas exhaustifs. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne.

4. Limitations contractuelles sur les données techniques.

Le site utilise la technologie JavaScript.

Le site Internet ne pourra être tenu responsable de dommages matériels liés à l’utilisation du site. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour

5. Propriété intellectuelle et contrefaçons.

Association Médicale Gabriel est propriétaire des droits de propriété intellectuelle ou détient les droits d’usage sur tous les éléments accessibles sur le site, notamment les textes, images, graphismes, logo, icônes, sons, logiciels.

Toute reproduction, représentation, modification, publication, adaptation de tout ou partie des éléments du site, quel que soit le moyen ou le procédé utilisé, est interdite, sauf autorisation écrite préalable de : Association Médicale Gabriel.

Toute exploitation non autorisée du site ou de l’un quelconque des éléments qu’il contient sera considérée comme constitutive d’une contrefaçon et poursuivie conformément aux dispositions des articles L.335-2 et suivants du Code de Propriété Intellectuelle.

6. Limitations de responsabilité.

Association Médicale Gabriel ne pourra être tenue responsable des dommages directs et indirects causés au matériel de l’utilisateur, lors de l’accès au site www.assomedicalegabriel.fr, et résultant soit de l’utilisation d’un matériel ne répondant pas aux spécifications indiquées au point 4, soit de l’apparition d’un bug ou d’une incompatibilité.

Association Médicale Gabriel ne pourra également être tenue responsable des dommages indirects (tels par exemple qu’une perte de marché ou perte d’une chance) consécutifs à l’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr.

Des espaces interactifs (possibilité de poser des questions dans l’espace contact) sont à la disposition des utilisateurs. Association Médicale Gabriel se réserve le droit de supprimer, sans mise en demeure préalable, tout contenu déposé dans cet espace qui contreviendrait à la législation applicable en France, en particulier aux dispositions relatives à la protection des données. Le cas échéant, Association Médicale Gabriel se réserve également la possibilité de mettre en cause la responsabilité civile et/ou pénale de l’utilisateur, notamment en cas de message à caractère raciste, injurieux, diffamant, ou pornographique, quel que soit le support utilisé (texte, photographie…).

7. Gestion des données personnelles.

En France, les données personnelles sont notamment protégées par la loi n° 78-87 du 6 janvier 1978, la loi n° 2004-801 du 6 août 2004, l’article L. 226-13 du Code pénal et la Directive Européenne du 24 octobre 1995.

A l’occasion de l’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr, peuvent êtres recueillies : l’URL des liens par l’intermédiaire desquels l’utilisateur a accédé au site www.assomedicalegabriel.fr, le fournisseur d’accès de l’utilisateur, l’adresse de protocole Internet (IP) de l’utilisateur.

En tout état de cause Association Médicale Gabriel ne collecte des informations personnelles relatives à l’utilisateur que pour le besoin de certains services proposés par le site www.assomedicalegabriel.fr. L’utilisateur fournit ces informations en toute connaissance de cause, notamment lorsqu’il procède par lui-même à leur saisie. Il est alors précisé à l’utilisateur du site www.assomedicalegabriel.fr l’obligation ou non de fournir ces informations.

Conformément aux dispositions des articles 38 et suivants de la loi 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, tout utilisateur dispose d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données personnelles le concernant, en effectuant sa demande écrite et signée, accompagnée d’une copie du titre d’identité avec signature du titulaire de la pièce, en précisant l’adresse à laquelle la réponse doit être envoyée.

Aucune information personnelle de l’utilisateur du site www.assomedicalegabriel.fr n’est publiée à l’insu de l’utilisateur, échangée, transférée, cédée ou vendue sur un support quelconque à des tiers. Seule l’hypothèse du rachat de Association Médicale Gabriel et de ses droits permettrait la transmission des dites informations à l’éventuel acquéreur qui serait à son tour tenu de la même obligation de conservation et de modification des données vis à vis de l’utilisateur du site www.assomedicalegabriel.fr.

Le site n’est pas déclaré à la CNIL car il ne recueille pas d’informations personnelles. .

Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

8. Liens hypertextes et cookies.

Le site www.assomedicalegabriel.fr contient un certain nombre de liens hypertextes vers d’autres sites, mis en place avec l’autorisation de Association Médicale Gabriel. Cependant, Association Médicale Gabriel n’a pas la possibilité de vérifier le contenu des sites ainsi visités, et n’assumera en conséquence aucune responsabilité de ce fait.

La navigation sur le site www.assomedicalegabriel.fr est susceptible de provoquer l’installation de cookie(s) sur l’ordinateur de l’utilisateur. Un cookie est un fichier de petite taille, qui ne permet pas l’identification de l’utilisateur, mais qui enregistre des informations relatives à la navigation d’un ordinateur sur un site. Les données ainsi obtenues visent à faciliter la navigation ultérieure sur le site, et ont également vocation à permettre diverses mesures de fréquentation.

Le refus d’installation d’un cookie peut entraîner l’impossibilité d’accéder à certains services. L’utilisateur peut toutefois configurer son ordinateur de la manière suivante, pour refuser l’installation des cookies :

Sous Internet Explorer : onglet outil (pictogramme en forme de rouage en haut a droite) / options internet. Cliquez sur Confidentialité et choisissez Bloquer tous les cookies. Validez sur Ok.

Sous Firefox : en haut de la fenêtre du navigateur, cliquez sur le bouton Firefox, puis aller dans l’onglet Options. Cliquer sur l’onglet Vie privée.
Paramétrez les Règles de conservation sur : utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique. Enfin décochez-la pour désactiver les cookies.

Sous Safari : Cliquez en haut à droite du navigateur sur le pictogramme de menu (symbolisé par un rouage). Sélectionnez Paramètres. Cliquez sur Afficher les paramètres avancés. Dans la section « Confidentialité », cliquez sur Paramètres de contenu. Dans la section « Cookies », vous pouvez bloquer les cookies.

Sous Chrome : Cliquez en haut à droite du navigateur sur le pictogramme de menu (symbolisé par trois lignes horizontales). Sélectionnez Paramètres. Cliquez sur Afficher les paramètres avancés. Dans la section « Confidentialité », cliquez sur préférences. Dans l’onglet « Confidentialité », vous pouvez bloquer les cookies.

9. Droit applicable et attribution de juridiction.

Tout litige en relation avec l’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr est soumis au droit français. Il est fait attribution exclusive de juridiction aux tribunaux compétents de Paris.

10. Les principales lois concernées.

Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, notamment modifiée par la loi n° 2004-801 du 6 août 2004 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés.

Loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique.

11. Lexique.

Utilisateur : Internaute se connectant, utilisant le site susnommé.

Informations personnelles : « les informations qui permettent, sous quelque forme que ce soit, directement ou non, l’identification des personnes physiques auxquelles elles s’appliquent » (article 4 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978).

Nous soutenir
Don à l'AMG

🍪

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation.