Redonner du sens à la médecine – Un colloque du Réseau Hippocrate

Les professions médicales sont en première li­gne dans le domaine de la défense de la vie. Les laïcs chrétiens doivent faire face quoti­diennement aux flots de la culture de mort et sur­tout proposer une autre conception de l’homme, de sa dignité et de sa liberté.

Quelle santé et quelle conscience ?

La Déclaration d’Helsinki [[1975.]] définit la mission du médecin: elle est de veiller à la santé de l’homme. II exerce cette mission dans la plénitude de son savoir et de sa conscience. Mais qu’est-ce que la santé et qu’est-ce que la conscience ?

La santé n’est pas la simple absence de maladie ou d’infirmité, mais un état de complet bien-être physique, mental et social nous dit l’Organisation Mondiale de la Santé dans la définition qu’elle en a donne en 1946. Mais qu’est-ce que le bien-être ? Andre Comte-Sponville, philosophe athée, écrit: Dieu est mort, vive !a Sécu… Quand on ne croit plus au salut, on s’intéresse davantage a la santé… Qu’est-ce que philosopher ? C’est penser mieux pour vivre mieux. Des lors que la médecine fait de formidables progrès et que la philosophie déserte ce terrain-là, qui etait sa vocation, forcément la médecine tend à la remplacer dans la tête de nos contemporains (parce que l’idéal de santé remplace l’idéal de sagesse), ce qui me paraît un contresens et sur la médecine et sur la philosophie « .

Par quels principes la conscience du médecin doit-elle être éclairée à une époque où sont contestées les références morales universelles comme le Serment d’Hippocrate [[Vème, siècle avant Jésus-Christ.]] ?

La loi ? Mais ses variations dans l’espace et dans le temps ne lui donnent pas d’autre légitimité que celle de l’instant d’un consensus, supposé et fugitif, rarement en accord avec la réflexion de Montesquieu : « Une chose n’est pas juste par ce qu’elle est loi, mais elle doit être loi par ce qu’elle est juste « [[L’esprit des lois.]].

Soigner pour soulager ou pour guérir ?

Ce qui est premier dans la fonction soignante, c’est la recherche du soulagement, pas uniquement dans les situations désespérées auxquelles on a tendance à la limiter aujourd’hui, mais aussi au quotidien pour rétablir le confort de la vie compromis par la maladie, même dans ses aspects les plus courants.

Le soulagement et la guérison sont soumis au respect de la nature humaine, ce qui implique le refus de toute transgression sous prétexte de bien-être, voire de mieux-être, d’esthétique ou de performance. Ils sont soumis au respect de la vie, à ses débuts comme à son terme, mais ce respect n’implique pas le déni de la mort, ce qui soulève les problèmes les plus limites, ceux des réanimations abusives et des acharnements thérapeutiques.

« Mais ces progrès fantastiques ont un revers terrifiant: ils nous imposent à nous collectivement la société des hommes et des femmes, de décider qui doit vivre et, qui doit mourir …A toutes ces questIons, qui relèvent d’une « certaine idée  » de la dignité humaine, les médecins seuls ne peuvent répondre. Les juges non plus. Les parents pas davantage. Car aucun être humain, fut-il le plus dépendant, n’est la propriété des siens « , écrivait Christine Clerc dans un éditorial du Figaro Madame [[20 novembre 2000, p. 7.]].

Les responsables scientifiques et politiques sont parfaitement conscients de la réalité des choses, ce qui n’empêche malheureusement pas certains d’entre eux de se livrer à de véritables acrobaties intellectuelles ou sémantiques pour tenter de faire accepter l’inacceptable.

Notre référence commune aux valeurs naturelles et chrétiennes devient exceptionnelle chez la plupart des personnels médicaux (infirmières, pharmaciens, médecins) au moins dans toutes ses implications, si bien que nous devons faire un effort pédagogique pour asseoir nos convictions sur des arguments rationnels.

Les soins palliatifs, une nouvelle espérance pour la médecine

Existe-t-il deux médecines, l’une palliative et l’autre curative ? II existe pourtant un objectif commun et une référence commune. On parle beaucoup de la dignité humaine. Existe-t-il une acception commune de ce mot ? La médecine palliative désigne l’ensemble des soins qui n’ont d’autres but que de pallier aux symptômes. Dans la pratique, on réserve ce terme aux soins apportés aux patients parvenus à un stade avancé et irréversible de sa maladie. La médecine a été essentiellement palliative jusqu’au milieu du XXème siècle. La médecine moderne à aussi son travers : la médicalisation excessive de la fin de la vie. Après qu’on ait laisser de côté la souffrance. Les soins palliatifs regroupent à la fois la technique médicale et l’accompagnement personnel. II manque les repères structurants sur ce qu’est la personne humaine. Ils sont remplacés par des repères contraignants imposés par l’économie et par la culture de mort. Le but de la médecine palliative, c’est d’aider les personnes à vivre jusqu’au bout, à vivre leur mort en les libérant de la souffrance physique. Les soins curatifs et les soins palliatifs ne doivent pas être opposés.

Quel est l’objectif des soins ? Sont-ils purement techniques à l’adresse du seul corps humain ou englobent-ils l’ensemble de la personne ? Face à quelqu’un qui va mourir, c’est l’homme derrière sa maladie que l’on regarde en premier. plus la médecine progresse moins on supporte l’échec. Et la mort est pour le monde moderne un échec flagrant. Einstein disait que « nous vivons en un temps ou les moyens sont d’une grande perfection et les buts d’une grande confusion « . Les moyens relèvent de la science et de la technique, le « comment » des choses, les buts du « pourquoi » des choses. La science ne répond pas au mystère de l’homme. Les deux médecines doivent permettre aux personnes à vivre. Notre époque confie aux soignants un fardeau qui était porté autrefois par un tissu social et par une conduite religieuse et la tentation est grande de tout médicaliser.

Reconnaître que tout homme est fait à l’image de Dieu

« Parce qu’il est à l’image de Dieu l’individu humain a la dignité de personne: il n’est pas seulement quelque chose, mais quelqu’un. II est capable de se connaître, de se posséder et de librement se donner et entrer en communion avec d’autres personnes, et il est appelé, par grâce, à une alliance avec son Créateur, à Lui offrir une réponse de foi et d’amour que nul autre ne peut donner à sa place « , nous dit le Catéchisme de l’Eglise Catholique [[Paragraphe 357.]]. En sommes nous réellement convaincus lorsque dans la pratique de notre métier nous sommes confrontés à des êtres humains très blessés par la maladie et en particulier par « une maladie de l’intelligence ?[[Jérôme Lejeune.]].

Dans une instruction, Jean-Paul II nous dit: « Mais où contempler concrètement le visage du Christ ? (…) II est face à nous dans chaque personne, s’identifiant de manière particulière avec les petits, les pauvres, ceux qui souffrent et sont les plus démunis. […] Sans une vie intérieure d’amour qui attire le Verbe, le Père, l’Esprit, il ne peut pas y avoir de regard de foi; en conséquence la vie perd progressivement son sens, le visage des frères devient terne et il est impossible d’y découvrir le visage du Christ » [[16 juin 2002.]].

La Parabole de la brebis égarée nous permet de mieux comprendre le prix de la vie humaine. « Gardez-vous de mépriser aucun de ces petits: car, je vous le dis, leurs anges aux cieux voient constamment la face de mon Père qui est aux cieux. A votre avis, si un homme possède cent brebis et qu’une d’elles vienne à s’égarer, ne va-t-il pas laisser les 99 autres sur les montagnes pour s’en aller à la recherche de l’égarée? Et s’il parvient à la retrouver, en vérité je vous le dis, il tire plus de joie d’elle que des 99 qui ne se sont pas égarées. Ainsi votre Père qui est aux cieux, veut qu ‘aucun de ces petits se perde ,[[Matthieu, 18, 10-14.]]. Cette curieuse arithmétique – qui prendrait réellement le risque de perdre 99 brebis pour en sauver une ? – est là pour nous signifier qu’on ne compte pas les hommes comme les moutons et qu’une vie humaine n’a pas de prix. . Novembre 2002

Les intervenants : Docteur Jean de Butler, Docteur Henri Lafont, Docteur Aimé Ravel, Sœur Mickaël, Docteur Xavier Mirabel, Marie Rineau.

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Informations légales

1. Présentation du site.

En vertu de l’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, il est précisé aux utilisateurs du site www.assomedicalegabriel.fr l’identité des différents intervenants dans le cadre de sa réalisation et de son suivi :

Propriétaire : Association Médicale Gabriel – Association loi 1901 – W691092283 PREFECTURE DE LYON – 3 allée Berger, 69160 Tassin-La-Demi-Lune
Créateur : AD/sum
Responsable publication : Dr Jean Jacques Canet – [email protected]
Le responsable publication est une personne physique ou une personne morale.
Webmaster : AD/sum – [email protected]
Hébergeur : AD/sum – 4 rue Sala, 69002, Lyon
Crédits :
Le modèle de mentions légales est offert par Subdelirium.com Générateur de mentions légales

2. Conditions générales d’utilisation du site et des services proposés.

L’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr implique l’acceptation pleine et entière des conditions générales d’utilisation ci-après décrites. Ces conditions d’utilisation sont susceptibles d’être modifiées ou complétées à tout moment, les utilisateurs du site www.assomedicalegabriel.fr sont donc invités à les consulter de manière régulière.

Ce site est normalement accessible à tout moment aux utilisateurs. Une interruption pour raison de maintenance technique peut être toutefois décidée par Association Médicale Gabriel, qui s’efforcera alors de communiquer préalablement aux utilisateurs les dates et heures de l’intervention.

Le site www.assomedicalegabriel.fr est mis à jour régulièrement par Dr Jean Jacques Canet. De la même façon, les mentions légales peuvent être modifiées à tout moment : elles s’imposent néanmoins à l’utilisateur qui est invité à s’y référer le plus souvent possible afin d’en prendre connaissance.

3. Description des services fournis.

Le site www.assomedicalegabriel.fr a pour objet de fournir une information concernant l’ensemble des activités de la société.

Association Médicale Gabriel s’efforce de fournir sur le site www.assomedicalegabriel.fr des informations aussi précises que possible. Toutefois, il ne pourra être tenue responsable des omissions, des inexactitudes et des carences dans la mise à jour, qu’elles soient de son fait ou du fait des tiers partenaires qui lui fournissent ces informations.

Tous les informations indiquées sur le site www.assomedicalegabriel.fr sont données à titre indicatif, et sont susceptibles d’évoluer. Par ailleurs, les renseignements figurant sur le site www.assomedicalegabriel.fr ne sont pas exhaustifs. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne.

4. Limitations contractuelles sur les données techniques.

Le site utilise la technologie JavaScript.

Le site Internet ne pourra être tenu responsable de dommages matériels liés à l’utilisation du site. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour

5. Propriété intellectuelle et contrefaçons.

Association Médicale Gabriel est propriétaire des droits de propriété intellectuelle ou détient les droits d’usage sur tous les éléments accessibles sur le site, notamment les textes, images, graphismes, logo, icônes, sons, logiciels.

Toute reproduction, représentation, modification, publication, adaptation de tout ou partie des éléments du site, quel que soit le moyen ou le procédé utilisé, est interdite, sauf autorisation écrite préalable de : Association Médicale Gabriel.

Toute exploitation non autorisée du site ou de l’un quelconque des éléments qu’il contient sera considérée comme constitutive d’une contrefaçon et poursuivie conformément aux dispositions des articles L.335-2 et suivants du Code de Propriété Intellectuelle.

6. Limitations de responsabilité.

Association Médicale Gabriel ne pourra être tenue responsable des dommages directs et indirects causés au matériel de l’utilisateur, lors de l’accès au site www.assomedicalegabriel.fr, et résultant soit de l’utilisation d’un matériel ne répondant pas aux spécifications indiquées au point 4, soit de l’apparition d’un bug ou d’une incompatibilité.

Association Médicale Gabriel ne pourra également être tenue responsable des dommages indirects (tels par exemple qu’une perte de marché ou perte d’une chance) consécutifs à l’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr.

Des espaces interactifs (possibilité de poser des questions dans l’espace contact) sont à la disposition des utilisateurs. Association Médicale Gabriel se réserve le droit de supprimer, sans mise en demeure préalable, tout contenu déposé dans cet espace qui contreviendrait à la législation applicable en France, en particulier aux dispositions relatives à la protection des données. Le cas échéant, Association Médicale Gabriel se réserve également la possibilité de mettre en cause la responsabilité civile et/ou pénale de l’utilisateur, notamment en cas de message à caractère raciste, injurieux, diffamant, ou pornographique, quel que soit le support utilisé (texte, photographie…).

7. Gestion des données personnelles.

En France, les données personnelles sont notamment protégées par la loi n° 78-87 du 6 janvier 1978, la loi n° 2004-801 du 6 août 2004, l’article L. 226-13 du Code pénal et la Directive Européenne du 24 octobre 1995.

A l’occasion de l’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr, peuvent êtres recueillies : l’URL des liens par l’intermédiaire desquels l’utilisateur a accédé au site www.assomedicalegabriel.fr, le fournisseur d’accès de l’utilisateur, l’adresse de protocole Internet (IP) de l’utilisateur.

En tout état de cause Association Médicale Gabriel ne collecte des informations personnelles relatives à l’utilisateur que pour le besoin de certains services proposés par le site www.assomedicalegabriel.fr. L’utilisateur fournit ces informations en toute connaissance de cause, notamment lorsqu’il procède par lui-même à leur saisie. Il est alors précisé à l’utilisateur du site www.assomedicalegabriel.fr l’obligation ou non de fournir ces informations.

Conformément aux dispositions des articles 38 et suivants de la loi 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, tout utilisateur dispose d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données personnelles le concernant, en effectuant sa demande écrite et signée, accompagnée d’une copie du titre d’identité avec signature du titulaire de la pièce, en précisant l’adresse à laquelle la réponse doit être envoyée.

Aucune information personnelle de l’utilisateur du site www.assomedicalegabriel.fr n’est publiée à l’insu de l’utilisateur, échangée, transférée, cédée ou vendue sur un support quelconque à des tiers. Seule l’hypothèse du rachat de Association Médicale Gabriel et de ses droits permettrait la transmission des dites informations à l’éventuel acquéreur qui serait à son tour tenu de la même obligation de conservation et de modification des données vis à vis de l’utilisateur du site www.assomedicalegabriel.fr.

Le site n’est pas déclaré à la CNIL car il ne recueille pas d’informations personnelles. .

Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

8. Liens hypertextes et cookies.

Le site www.assomedicalegabriel.fr contient un certain nombre de liens hypertextes vers d’autres sites, mis en place avec l’autorisation de Association Médicale Gabriel. Cependant, Association Médicale Gabriel n’a pas la possibilité de vérifier le contenu des sites ainsi visités, et n’assumera en conséquence aucune responsabilité de ce fait.

La navigation sur le site www.assomedicalegabriel.fr est susceptible de provoquer l’installation de cookie(s) sur l’ordinateur de l’utilisateur. Un cookie est un fichier de petite taille, qui ne permet pas l’identification de l’utilisateur, mais qui enregistre des informations relatives à la navigation d’un ordinateur sur un site. Les données ainsi obtenues visent à faciliter la navigation ultérieure sur le site, et ont également vocation à permettre diverses mesures de fréquentation.

Le refus d’installation d’un cookie peut entraîner l’impossibilité d’accéder à certains services. L’utilisateur peut toutefois configurer son ordinateur de la manière suivante, pour refuser l’installation des cookies :

Sous Internet Explorer : onglet outil (pictogramme en forme de rouage en haut a droite) / options internet. Cliquez sur Confidentialité et choisissez Bloquer tous les cookies. Validez sur Ok.

Sous Firefox : en haut de la fenêtre du navigateur, cliquez sur le bouton Firefox, puis aller dans l’onglet Options. Cliquer sur l’onglet Vie privée.
Paramétrez les Règles de conservation sur : utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique. Enfin décochez-la pour désactiver les cookies.

Sous Safari : Cliquez en haut à droite du navigateur sur le pictogramme de menu (symbolisé par un rouage). Sélectionnez Paramètres. Cliquez sur Afficher les paramètres avancés. Dans la section « Confidentialité », cliquez sur Paramètres de contenu. Dans la section « Cookies », vous pouvez bloquer les cookies.

Sous Chrome : Cliquez en haut à droite du navigateur sur le pictogramme de menu (symbolisé par trois lignes horizontales). Sélectionnez Paramètres. Cliquez sur Afficher les paramètres avancés. Dans la section « Confidentialité », cliquez sur préférences. Dans l’onglet « Confidentialité », vous pouvez bloquer les cookies.

9. Droit applicable et attribution de juridiction.

Tout litige en relation avec l’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr est soumis au droit français. Il est fait attribution exclusive de juridiction aux tribunaux compétents de Paris.

10. Les principales lois concernées.

Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, notamment modifiée par la loi n° 2004-801 du 6 août 2004 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés.

Loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique.

11. Lexique.

Utilisateur : Internaute se connectant, utilisant le site susnommé.

Informations personnelles : « les informations qui permettent, sous quelque forme que ce soit, directement ou non, l’identification des personnes physiques auxquelles elles s’appliquent » (article 4 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978).

Nous soutenir
Don à l'AMG

🍪

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation.