PourLaVieDeMonFils.jpg

Pour la vie de mon fils

Voici quelques extraits du livre de la mère de Vincent Lambert, ce tétraplégique en état végétatif au cœur d’un imbroglio familial et judiciaire.

Pour la vie de mon fils, éditions Plon, parution le 7 mai 2015


PourLaVieDeMonFils.jpg
«Reims, 29 avril 2013. Le plus gros choc de ma vie. Je suis au chevet de mon fils. Mon fils, vous comprenez ? Je le vois mourir sous mes yeux. Vincent n’a rien mangé depuis vingt jours. Il est à peine hydraté. Il est là, devant moi, dans un lit d’hôpital à Reims, amaigri, affaibli, et il va mourir. Dans un jour ? Dans cinq jours ? Je ne sais pas… Mais il va mourir parce que quelqu’un l’a décidé. Un médecin lui a supprimé toute nourriture, presque toute hydratation, pour le mettre sur un chemin de « fin de vie». Je parle à Vincent, mais il ne peut pas me répondre: il est en «état de conscience minimale», comme le disent les spécialistes. Il peut ressentir des émotions, mais il est incapable de s’exprimer. Il me regarde, et il pleure. Des larmes coulent le long de ses joues. Il va mourir, il souffre, je le sais: je suis sa mère!». Ce sont les premières lignes du livre de Viviane Lambert, relatant l’arrêt de l’alimentation de son fils par l’équipe médicale du CHU de Reims qui n’a alors prévenu que l’épouse, Rachel Lambert, de cette décision «collégiale», mais pas les parents. Cette première tentative de «fin de vie», qui le laissera sans nourriture pendant 31 jours, donnera lieu à la première action en justice. Le tribunal administratif de Châlons-en-Champagne ordonnera la reprise de l’alimentation de Vincent Lambert.

A propos de la première audience en référé pour interrompre le «protocole de fin de vie»: «Un moment très éprouvant. Nous n’avions jamais assisté à un procès: nous voici devant les juges, pour défendre la vie de notre fils! Je suis dans la peau de la mère d’un condamné à mort… J’ai la gorge serrée ».

« Tout est parti d’un «doute». Des aides-soignantes ont paraît-il fait savoir à l’équipe médicale – à l’automne 2012 – que Vincent montrait des signes d’inconfort pendant les soins de toilette. Nous n’en saurons jamais davantage… Ces signes ont déclenché une réflexion au mois de décembre, et cette réflexion a débouché sur une «procédure collégiale» – en février et mars 2013, selon le Dr Kariger, puis une décision, qu’il assume. Si Vincent montre des signes d’inconfort, c’est qu’il y a de sa part un «refus de soins». Et s’il refuse les soins, c’est qu’il ne veut plus vivre. Et s’il ne veut plus vivre, c’est qu’il veut mourir. Eh bien, on va l’y aider! Avec de tels raisonnements, nous serions nombreux à ne plus être là aujourd’hui… Et moi qui croyais que les équipes soignantes cherchaient justement à assurer le confort du patient, à rectifier ce qui peut le gêner à un moment ou à un autre! Si Vincent n’allait pas bien, ne fallait-il pas d’abord chercher une solution pour lui permettre de mieux vivre? (…) Mais il faut que je sois précise. Le Dr Kariger et son équipe n’ont pas évoqué un « refus de soins». Non: ils ont dit que l’attitude de Vincent à certains moments, à partir de septembre 2012, avait «laissé soupçonner un refus de soins». C’est sur une simple « suspicion » qu’ils ont décidé qu’il fallait lui supprimer tous les soins (une loi des suspects?)».

«Mais Vincent serait-il donc mort au monde à défaut d’être en mort cérébrale, comme on nous le dit aujourd’hui? En « survie artificielle»? Tout en moi hurle que ce n’est pas vrai. Je le vois vivre, évoluer, souffrir, se calmer, veiller et dormir. Je le vois parfois réagir à nos sollicitations. Quand je rends visite à Vincent, je ne passe pas des heures à côté d’une «chose» sans âme…».

«Je n’arrive pas à m’expliquer «l’affaire Vincent Lambert» s’il n’y a pas eu une volonté personnelle d’en finir avec sa vie. À aucun moment, on n’a essayé de nous faire comprendre (…) et jamais, jamais, jamais, aucun aide-soignant ou infirmier ne nous a dit que Vincent avait un problème, qu’il allait mal, ou qu’il refusait les soins… Pourquoi ont-ils tout mis en route derrière notre dos?».

Sur la deuxième tentative de «fin de vie»: «Le soir où l’alimentation de Vincent a été remise en place, le 11 mai 2013, pour moi, l’affaire était close. Terminée. La vie avait gagné, la justice avait parlé… Elle m’avait rendu mon fils. Nous sommes tout à la joie de retrouver Vincent, soulagés, heureux au-delà de tout ce qu’on peut imaginer – comme les parents d’un condamné à mort innocent qu’on viendrait de gracier. C’est à ce moment précis que le Dr Kariger – dans une colère blanche – promet de « recommencer». Il va s’obstiner dans sa démarche à un point dont nous n’avons pas encore idée. Nous ne pouvons pas deviner combien la route sera longue, combien notre vie en sera bouleversée. Mais la cruauté de ses paroles, nous la percevons sur-le-champ, elle nous frappe comme un coup de poing…».

A propos de la demande de transfert de Vincent Lambert dans une unité de soins spécialisés à son état de santé: «Le CHU de Reims se comporte comme le propriétaire de Vincent. C’est ce que je n’ai jamais compris non plus. Puisque Vincent n’est pas abandonné de ses parents, puisque des médecins sont prêts à le prendre en charge, puisqu’une place l’attend à la maison Béthel où les patients reçoivent les meilleurs soins possibles, pourquoi doit-il rester enfermé à clef dans un hôpital de Reims où l’on ne voit d’autre horizon pour lui que la mort? C’est absurde. Absurde et révoltant».

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2015/05/06/01016-20150506ARTFIG00287-viviane-lambert-dans-la-peau-de-la-mere-d-un-condamne-a-mort.php

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Informations légales

1. Présentation du site.

En vertu de l’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, il est précisé aux utilisateurs du site www.assomedicalegabriel.fr l’identité des différents intervenants dans le cadre de sa réalisation et de son suivi :

Propriétaire : Association Médicale Gabriel – Association loi 1901 – W691092283 PREFECTURE DE LYON – 3 allée Berger, 69160 Tassin-La-Demi-Lune
Créateur : AD/sum
Responsable publication : Dr Jean Jacques Canet – contact@assomedicalegabriel.fr
Le responsable publication est une personne physique ou une personne morale.
Webmaster : AD/sum – webmaster@ad-sum.com
Hébergeur : AD/sum – 4 rue Sala, 69002, Lyon
Crédits :
Le modèle de mentions légales est offert par Subdelirium.com Générateur de mentions légales

2. Conditions générales d’utilisation du site et des services proposés.

L’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr implique l’acceptation pleine et entière des conditions générales d’utilisation ci-après décrites. Ces conditions d’utilisation sont susceptibles d’être modifiées ou complétées à tout moment, les utilisateurs du site www.assomedicalegabriel.fr sont donc invités à les consulter de manière régulière.

Ce site est normalement accessible à tout moment aux utilisateurs. Une interruption pour raison de maintenance technique peut être toutefois décidée par Association Médicale Gabriel, qui s’efforcera alors de communiquer préalablement aux utilisateurs les dates et heures de l’intervention.

Le site www.assomedicalegabriel.fr est mis à jour régulièrement par Dr Jean Jacques Canet. De la même façon, les mentions légales peuvent être modifiées à tout moment : elles s’imposent néanmoins à l’utilisateur qui est invité à s’y référer le plus souvent possible afin d’en prendre connaissance.

3. Description des services fournis.

Le site www.assomedicalegabriel.fr a pour objet de fournir une information concernant l’ensemble des activités de la société.

Association Médicale Gabriel s’efforce de fournir sur le site www.assomedicalegabriel.fr des informations aussi précises que possible. Toutefois, il ne pourra être tenue responsable des omissions, des inexactitudes et des carences dans la mise à jour, qu’elles soient de son fait ou du fait des tiers partenaires qui lui fournissent ces informations.

Tous les informations indiquées sur le site www.assomedicalegabriel.fr sont données à titre indicatif, et sont susceptibles d’évoluer. Par ailleurs, les renseignements figurant sur le site www.assomedicalegabriel.fr ne sont pas exhaustifs. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne.

4. Limitations contractuelles sur les données techniques.

Le site utilise la technologie JavaScript.

Le site Internet ne pourra être tenu responsable de dommages matériels liés à l’utilisation du site. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour

5. Propriété intellectuelle et contrefaçons.

Association Médicale Gabriel est propriétaire des droits de propriété intellectuelle ou détient les droits d’usage sur tous les éléments accessibles sur le site, notamment les textes, images, graphismes, logo, icônes, sons, logiciels.

Toute reproduction, représentation, modification, publication, adaptation de tout ou partie des éléments du site, quel que soit le moyen ou le procédé utilisé, est interdite, sauf autorisation écrite préalable de : Association Médicale Gabriel.

Toute exploitation non autorisée du site ou de l’un quelconque des éléments qu’il contient sera considérée comme constitutive d’une contrefaçon et poursuivie conformément aux dispositions des articles L.335-2 et suivants du Code de Propriété Intellectuelle.

6. Limitations de responsabilité.

Association Médicale Gabriel ne pourra être tenue responsable des dommages directs et indirects causés au matériel de l’utilisateur, lors de l’accès au site www.assomedicalegabriel.fr, et résultant soit de l’utilisation d’un matériel ne répondant pas aux spécifications indiquées au point 4, soit de l’apparition d’un bug ou d’une incompatibilité.

Association Médicale Gabriel ne pourra également être tenue responsable des dommages indirects (tels par exemple qu’une perte de marché ou perte d’une chance) consécutifs à l’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr.

Des espaces interactifs (possibilité de poser des questions dans l’espace contact) sont à la disposition des utilisateurs. Association Médicale Gabriel se réserve le droit de supprimer, sans mise en demeure préalable, tout contenu déposé dans cet espace qui contreviendrait à la législation applicable en France, en particulier aux dispositions relatives à la protection des données. Le cas échéant, Association Médicale Gabriel se réserve également la possibilité de mettre en cause la responsabilité civile et/ou pénale de l’utilisateur, notamment en cas de message à caractère raciste, injurieux, diffamant, ou pornographique, quel que soit le support utilisé (texte, photographie…).

7. Gestion des données personnelles.

En France, les données personnelles sont notamment protégées par la loi n° 78-87 du 6 janvier 1978, la loi n° 2004-801 du 6 août 2004, l’article L. 226-13 du Code pénal et la Directive Européenne du 24 octobre 1995.

A l’occasion de l’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr, peuvent êtres recueillies : l’URL des liens par l’intermédiaire desquels l’utilisateur a accédé au site www.assomedicalegabriel.fr, le fournisseur d’accès de l’utilisateur, l’adresse de protocole Internet (IP) de l’utilisateur.

En tout état de cause Association Médicale Gabriel ne collecte des informations personnelles relatives à l’utilisateur que pour le besoin de certains services proposés par le site www.assomedicalegabriel.fr. L’utilisateur fournit ces informations en toute connaissance de cause, notamment lorsqu’il procède par lui-même à leur saisie. Il est alors précisé à l’utilisateur du site www.assomedicalegabriel.fr l’obligation ou non de fournir ces informations.

Conformément aux dispositions des articles 38 et suivants de la loi 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, tout utilisateur dispose d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données personnelles le concernant, en effectuant sa demande écrite et signée, accompagnée d’une copie du titre d’identité avec signature du titulaire de la pièce, en précisant l’adresse à laquelle la réponse doit être envoyée.

Aucune information personnelle de l’utilisateur du site www.assomedicalegabriel.fr n’est publiée à l’insu de l’utilisateur, échangée, transférée, cédée ou vendue sur un support quelconque à des tiers. Seule l’hypothèse du rachat de Association Médicale Gabriel et de ses droits permettrait la transmission des dites informations à l’éventuel acquéreur qui serait à son tour tenu de la même obligation de conservation et de modification des données vis à vis de l’utilisateur du site www.assomedicalegabriel.fr.

Le site n’est pas déclaré à la CNIL car il ne recueille pas d’informations personnelles. .

Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

8. Liens hypertextes et cookies.

Le site www.assomedicalegabriel.fr contient un certain nombre de liens hypertextes vers d’autres sites, mis en place avec l’autorisation de Association Médicale Gabriel. Cependant, Association Médicale Gabriel n’a pas la possibilité de vérifier le contenu des sites ainsi visités, et n’assumera en conséquence aucune responsabilité de ce fait.

La navigation sur le site www.assomedicalegabriel.fr est susceptible de provoquer l’installation de cookie(s) sur l’ordinateur de l’utilisateur. Un cookie est un fichier de petite taille, qui ne permet pas l’identification de l’utilisateur, mais qui enregistre des informations relatives à la navigation d’un ordinateur sur un site. Les données ainsi obtenues visent à faciliter la navigation ultérieure sur le site, et ont également vocation à permettre diverses mesures de fréquentation.

Le refus d’installation d’un cookie peut entraîner l’impossibilité d’accéder à certains services. L’utilisateur peut toutefois configurer son ordinateur de la manière suivante, pour refuser l’installation des cookies :

Sous Internet Explorer : onglet outil (pictogramme en forme de rouage en haut a droite) / options internet. Cliquez sur Confidentialité et choisissez Bloquer tous les cookies. Validez sur Ok.

Sous Firefox : en haut de la fenêtre du navigateur, cliquez sur le bouton Firefox, puis aller dans l’onglet Options. Cliquer sur l’onglet Vie privée.
Paramétrez les Règles de conservation sur : utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique. Enfin décochez-la pour désactiver les cookies.

Sous Safari : Cliquez en haut à droite du navigateur sur le pictogramme de menu (symbolisé par un rouage). Sélectionnez Paramètres. Cliquez sur Afficher les paramètres avancés. Dans la section « Confidentialité », cliquez sur Paramètres de contenu. Dans la section « Cookies », vous pouvez bloquer les cookies.

Sous Chrome : Cliquez en haut à droite du navigateur sur le pictogramme de menu (symbolisé par trois lignes horizontales). Sélectionnez Paramètres. Cliquez sur Afficher les paramètres avancés. Dans la section « Confidentialité », cliquez sur préférences. Dans l’onglet « Confidentialité », vous pouvez bloquer les cookies.

9. Droit applicable et attribution de juridiction.

Tout litige en relation avec l’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr est soumis au droit français. Il est fait attribution exclusive de juridiction aux tribunaux compétents de Paris.

10. Les principales lois concernées.

Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, notamment modifiée par la loi n° 2004-801 du 6 août 2004 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés.

Loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique.

11. Lexique.

Utilisateur : Internaute se connectant, utilisant le site susnommé.

Informations personnelles : « les informations qui permettent, sous quelque forme que ce soit, directement ou non, l’identification des personnes physiques auxquelles elles s’appliquent » (article 4 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978).

Nous soutenir
Don à l'AMG

🍪

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation.