L’exception d’euthanasie

La notion d’exception d’euthanasie, introduite par le Conseil Consultatif National d’Ethique, difficile à justifier dans les principes, cherche à se donner une légitimité dans les faits.


«On devient fou, la médiatisation de l’histoire de Chantal Sebire, après celle de Vincent Humbert, perturbe les gens. Et il y aura d’autres cas, écrit le professeur Jonquet, chef du service de réanimation du CHU de Montpellier. (…) Ce qui me choque, c’est qu’on vit dans une société qui exalte le droit à la différence, mais quand les gens sont différents, on ne les regarde pas. Ce n’est pas parce qu’on perd sa position qu’on perd sa dignité. Avec son visage déformé, Chantal Sebire était confrontée à la souffrance physique, mais aussi à la souffrance de son regard sur elle-même et des autres sur elle-même. Aujourd’hui on ne tue plus les gens parce qu’ils sont noirs ou juifs, on va les tuer parce qu’ils ont une étiquette. Demain ce sera l’altzheimer, le dément, le myopathe…».

Comme le prévoyait le professeur Jonquet, la presse s’est emparée d’autres cas. Le récent acquittement [[Le procureur général de Versailles a fait appel de ce jugement]] de Lydie Debaine, qui a tué sa fille handicapée de 26 ans, les appels de Clara Blanc, 31 ans, demandant de choisir le moment de sa mort, l’arrêt de l’alimentation artificielle d’Hervé Pierra, avec ses terribles conséquences, suscitent de nouveaux débats, habilement manipulés par le lobby de l’euthanasie qui n’hésite pas à recourir à une argumentation simplificatrice, en surfant sur l’émotion. L’exemple de l’étranger vient alourdir le contexte: le Luxembourg est devenu, en février, le troisième pays de l’Union Européenne à légaliser l’euthanasie, après les Pays-Bas et la Belgique. Le suicide assisté se pratique ouvertement en Suisse.

Si, dans l’affaire Sebire, le gouvernement et le ministère de la justice n’ont pas cédé sur le principe de l’inviolabilité de la vie humaine, des décisions très diverses allant du non-lieu ou de l’acquittement à la condamnation en Cour d’Assises fournissent un prétexte pour la rédaction de nouveaux textes, devant assurer une nécessaire harmonisation.

On voit alors se multiplier les références à la notion d’«exception d’euthanasie», notion introduite par le Comité Consultatif National d’Ethique (CCNE) dans son avis 63 du 3 mars 2000: «Fin de vie, arrêt de vie et euthanasie». Le CCNE corrigeait ainsi l’avis qu’il avait émis en 1991, et dans lequel il affirmait que «la légalisation de l’euthanasie même pour des cas exceptionnels serait source d’interprétations abusives et incontrôlables; la mort serait décidée à la demande du patient, une demande certes respectable mais dont l’ambivalence est profonde». En 2000, tenant compte, dit-il, de l’allongement de la durée de la vie et des mouvements d’opinion, il suggère donc cette procédure d’exception, au nom«de la solidarité humaine et de la compassion». «Ce n’est pas un texte en faveur de l’euthanasie, précise son président, le professeur Sicard, cette pratique restera toujours une transgression. La valeur de l’interdit du meurtre demeure fondatrice». Le CCNE ne souhaite pas que le Code pénal soit modifié ni que l’euthanasie soit dépénalisée. Il distingue l’exception d’euthanasie et une éventuelle tolérance d’euthanasies d’exception. Il s’agit d’appliquer à l’euthanasie une mesure qui existe déjà en droit, en corrigeant le Code de procédure pénale. L’acte d’euthanasie continuerait à être soumis à l’autorité judiciaire, mais la loi autoriserait celle-ci à apprécier autant les circonstances exceptionnelles que les conditions de réalisation de l’opération. Elle fournirait au juge des moyens de prendre sa décision de poursuivre ou non sans avoir à user de subterfuges juridiques.

Le montage est subtil ! «Comment ne pas voir que le compromis proposé, contrairement à ce qui est affirmé, modifierait profondément nos règles juridiques et représenterait une véritable acceptation sociale de l’euthanasie?», interrogeait alors Mgr Billé, au nom de la Conférence des Evêques de France. En fait, comment imaginer que cette procédure puisse être autre chose qu’une brèche par laquelle s’engouffreront ceux qui militent pour une dépénalisation.

Pernicieuse dans le fond, la notion d’exception d’euthanasie est dangereuse dans la forme. Pour la plupart, parler d’exception, c’est déjà accepter cette dépénalisation. Dans un article récent (Le Monde du 29 avril), le Médiateur de la République, Jean- Paul Delevoye, pose la question: «ne peut-on pas se prévaloir d’un droit, dont est titulaire chaque individu, de disposer librement de son corps?». Il oublie qu’en réalité, il s’agit le plus souvent de disposer de la vie de son prochain. Puis il affirme que «la dignité est une notion à définition variable, qui relève pour beaucoup de la subjectivité». Enfin, évoquant l’exception d’euthanasie, il franchit la porte que le CCNE, auquel il fait référence, avait en fait entrouverte. Il propose qu’une révision de la loi de 2005, sur la fin de vie, dite loi Leonetti reconnaisse «l’irresponsabilité pénale pour toute personne conduite à procéder à une euthanasie active, compte tenu d’un état de nécessité ou de contrainte que des circonstances particulières pourraient justifier».

Pratiquement, il nous paraît essentiel de ne pas toucher aujourd’hui à cette loi, toute imparfaite qu’elle soit (notamment en ne distinguant pas l’alimentation et l’hydratation des traitements). Elle n’a pas encore été vraiment appliquée. Il faut souhaiter que M. Leonetti, chargé par le Premier Ministre d’une mission d’évaluation de «sa» loi, saura résister aux pressions.

Michel Berger

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Informations légales

1. Présentation du site.

En vertu de l’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, il est précisé aux utilisateurs du site www.assomedicalegabriel.fr l’identité des différents intervenants dans le cadre de sa réalisation et de son suivi :

Propriétaire : Association Médicale Gabriel – Association loi 1901 – W691092283 PREFECTURE DE LYON – 3 allée Berger, 69160 Tassin-La-Demi-Lune
Créateur : AD/sum
Responsable publication : Dr Jean Jacques Canet – [email protected]
Le responsable publication est une personne physique ou une personne morale.
Webmaster : AD/sum – [email protected]
Hébergeur : AD/sum – 4 rue Sala, 69002, Lyon
Crédits :
Le modèle de mentions légales est offert par Subdelirium.com Générateur de mentions légales

2. Conditions générales d’utilisation du site et des services proposés.

L’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr implique l’acceptation pleine et entière des conditions générales d’utilisation ci-après décrites. Ces conditions d’utilisation sont susceptibles d’être modifiées ou complétées à tout moment, les utilisateurs du site www.assomedicalegabriel.fr sont donc invités à les consulter de manière régulière.

Ce site est normalement accessible à tout moment aux utilisateurs. Une interruption pour raison de maintenance technique peut être toutefois décidée par Association Médicale Gabriel, qui s’efforcera alors de communiquer préalablement aux utilisateurs les dates et heures de l’intervention.

Le site www.assomedicalegabriel.fr est mis à jour régulièrement par Dr Jean Jacques Canet. De la même façon, les mentions légales peuvent être modifiées à tout moment : elles s’imposent néanmoins à l’utilisateur qui est invité à s’y référer le plus souvent possible afin d’en prendre connaissance.

3. Description des services fournis.

Le site www.assomedicalegabriel.fr a pour objet de fournir une information concernant l’ensemble des activités de la société.

Association Médicale Gabriel s’efforce de fournir sur le site www.assomedicalegabriel.fr des informations aussi précises que possible. Toutefois, il ne pourra être tenue responsable des omissions, des inexactitudes et des carences dans la mise à jour, qu’elles soient de son fait ou du fait des tiers partenaires qui lui fournissent ces informations.

Tous les informations indiquées sur le site www.assomedicalegabriel.fr sont données à titre indicatif, et sont susceptibles d’évoluer. Par ailleurs, les renseignements figurant sur le site www.assomedicalegabriel.fr ne sont pas exhaustifs. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne.

4. Limitations contractuelles sur les données techniques.

Le site utilise la technologie JavaScript.

Le site Internet ne pourra être tenu responsable de dommages matériels liés à l’utilisation du site. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour

5. Propriété intellectuelle et contrefaçons.

Association Médicale Gabriel est propriétaire des droits de propriété intellectuelle ou détient les droits d’usage sur tous les éléments accessibles sur le site, notamment les textes, images, graphismes, logo, icônes, sons, logiciels.

Toute reproduction, représentation, modification, publication, adaptation de tout ou partie des éléments du site, quel que soit le moyen ou le procédé utilisé, est interdite, sauf autorisation écrite préalable de : Association Médicale Gabriel.

Toute exploitation non autorisée du site ou de l’un quelconque des éléments qu’il contient sera considérée comme constitutive d’une contrefaçon et poursuivie conformément aux dispositions des articles L.335-2 et suivants du Code de Propriété Intellectuelle.

6. Limitations de responsabilité.

Association Médicale Gabriel ne pourra être tenue responsable des dommages directs et indirects causés au matériel de l’utilisateur, lors de l’accès au site www.assomedicalegabriel.fr, et résultant soit de l’utilisation d’un matériel ne répondant pas aux spécifications indiquées au point 4, soit de l’apparition d’un bug ou d’une incompatibilité.

Association Médicale Gabriel ne pourra également être tenue responsable des dommages indirects (tels par exemple qu’une perte de marché ou perte d’une chance) consécutifs à l’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr.

Des espaces interactifs (possibilité de poser des questions dans l’espace contact) sont à la disposition des utilisateurs. Association Médicale Gabriel se réserve le droit de supprimer, sans mise en demeure préalable, tout contenu déposé dans cet espace qui contreviendrait à la législation applicable en France, en particulier aux dispositions relatives à la protection des données. Le cas échéant, Association Médicale Gabriel se réserve également la possibilité de mettre en cause la responsabilité civile et/ou pénale de l’utilisateur, notamment en cas de message à caractère raciste, injurieux, diffamant, ou pornographique, quel que soit le support utilisé (texte, photographie…).

7. Gestion des données personnelles.

En France, les données personnelles sont notamment protégées par la loi n° 78-87 du 6 janvier 1978, la loi n° 2004-801 du 6 août 2004, l’article L. 226-13 du Code pénal et la Directive Européenne du 24 octobre 1995.

A l’occasion de l’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr, peuvent êtres recueillies : l’URL des liens par l’intermédiaire desquels l’utilisateur a accédé au site www.assomedicalegabriel.fr, le fournisseur d’accès de l’utilisateur, l’adresse de protocole Internet (IP) de l’utilisateur.

En tout état de cause Association Médicale Gabriel ne collecte des informations personnelles relatives à l’utilisateur que pour le besoin de certains services proposés par le site www.assomedicalegabriel.fr. L’utilisateur fournit ces informations en toute connaissance de cause, notamment lorsqu’il procède par lui-même à leur saisie. Il est alors précisé à l’utilisateur du site www.assomedicalegabriel.fr l’obligation ou non de fournir ces informations.

Conformément aux dispositions des articles 38 et suivants de la loi 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, tout utilisateur dispose d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données personnelles le concernant, en effectuant sa demande écrite et signée, accompagnée d’une copie du titre d’identité avec signature du titulaire de la pièce, en précisant l’adresse à laquelle la réponse doit être envoyée.

Aucune information personnelle de l’utilisateur du site www.assomedicalegabriel.fr n’est publiée à l’insu de l’utilisateur, échangée, transférée, cédée ou vendue sur un support quelconque à des tiers. Seule l’hypothèse du rachat de Association Médicale Gabriel et de ses droits permettrait la transmission des dites informations à l’éventuel acquéreur qui serait à son tour tenu de la même obligation de conservation et de modification des données vis à vis de l’utilisateur du site www.assomedicalegabriel.fr.

Le site n’est pas déclaré à la CNIL car il ne recueille pas d’informations personnelles. .

Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

8. Liens hypertextes et cookies.

Le site www.assomedicalegabriel.fr contient un certain nombre de liens hypertextes vers d’autres sites, mis en place avec l’autorisation de Association Médicale Gabriel. Cependant, Association Médicale Gabriel n’a pas la possibilité de vérifier le contenu des sites ainsi visités, et n’assumera en conséquence aucune responsabilité de ce fait.

La navigation sur le site www.assomedicalegabriel.fr est susceptible de provoquer l’installation de cookie(s) sur l’ordinateur de l’utilisateur. Un cookie est un fichier de petite taille, qui ne permet pas l’identification de l’utilisateur, mais qui enregistre des informations relatives à la navigation d’un ordinateur sur un site. Les données ainsi obtenues visent à faciliter la navigation ultérieure sur le site, et ont également vocation à permettre diverses mesures de fréquentation.

Le refus d’installation d’un cookie peut entraîner l’impossibilité d’accéder à certains services. L’utilisateur peut toutefois configurer son ordinateur de la manière suivante, pour refuser l’installation des cookies :

Sous Internet Explorer : onglet outil (pictogramme en forme de rouage en haut a droite) / options internet. Cliquez sur Confidentialité et choisissez Bloquer tous les cookies. Validez sur Ok.

Sous Firefox : en haut de la fenêtre du navigateur, cliquez sur le bouton Firefox, puis aller dans l’onglet Options. Cliquer sur l’onglet Vie privée.
Paramétrez les Règles de conservation sur : utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique. Enfin décochez-la pour désactiver les cookies.

Sous Safari : Cliquez en haut à droite du navigateur sur le pictogramme de menu (symbolisé par un rouage). Sélectionnez Paramètres. Cliquez sur Afficher les paramètres avancés. Dans la section « Confidentialité », cliquez sur Paramètres de contenu. Dans la section « Cookies », vous pouvez bloquer les cookies.

Sous Chrome : Cliquez en haut à droite du navigateur sur le pictogramme de menu (symbolisé par trois lignes horizontales). Sélectionnez Paramètres. Cliquez sur Afficher les paramètres avancés. Dans la section « Confidentialité », cliquez sur préférences. Dans l’onglet « Confidentialité », vous pouvez bloquer les cookies.

9. Droit applicable et attribution de juridiction.

Tout litige en relation avec l’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr est soumis au droit français. Il est fait attribution exclusive de juridiction aux tribunaux compétents de Paris.

10. Les principales lois concernées.

Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, notamment modifiée par la loi n° 2004-801 du 6 août 2004 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés.

Loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique.

11. Lexique.

Utilisateur : Internaute se connectant, utilisant le site susnommé.

Informations personnelles : « les informations qui permettent, sous quelque forme que ce soit, directement ou non, l’identification des personnes physiques auxquelles elles s’appliquent » (article 4 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978).

Nous soutenir
Don à l'AMG

🍪

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation.