image_zygote.jpg

Le zygote est-il une personne humaine ?

Dans cet ouvrage, Pascal Ide nous propose une étude très érudite sur la question centrale de l’animation de l’embryon. Docteur en médecine, docteur en philosophie, doctorant en théologie, ce prêtre du diocèse de Paris défend la thèse immédiatiste à la fois sur le plan biologique et sur le plan philosophique. En bon thomiste, sa démonstration pose dans un premier temps les différentes thèses des parties en présence, il argumente ensuite son hypothèse pour terminer par la réponse aux adversaires.


image_zygote.jpg À la question « l’embryon est-il une personne humaine ? », trois réponses peuvent être données :

  1. soit l’embryon n’est pas une personne humaine
  2. soit il est une personne humaine
  3. soit l’embryon (n´) est peut-être (pas) une personne humaine.

Si l’embryon n’est pas une personne humaine, l’âme humaine ne vient pas animer le corps de l’embryon au moment de la conception. Pascal Ide répertorie alors pas moins de 14 arguments en faveur de l’animation médiate : les jumeaux homozygotes, les cellules totipotentes, l´origine commune du placenta et de l’embryon, l’activation du seul génome maternel, la nécessité d´un corps organisé, la discontinuité de l´embryogenèse humaine, la nécessité d´une progressive disposition à l´âme intellective, l´autonomie de l´action humaine, l´embryon comme parasité, l´embryon comme être en sommeil, l´embryon comme être de conscience, la reconnaissance par autrui, la fréquence des avortements spontanés, l´argument d´autorité.

Pour donner un avant-goût au lecteur penchons-nous sur le premier de ces arguments qui est sans aucun doute le plus courant et qui nous a été plusieurs fois donné à la suite de la parution de l´article sur l´animation de l´embryon (CSR n° 75) :

« Voici comment l´énonce un moraliste catholique français bien connu : « Si l’on considère qu’un ovule fécondé est une personne, comment alors rendre compte philosophiquement et théologiquement que, dans le cas de coupure par gémellisation (possible jusqu’à 14 jours après la conception), une personne puisse devenir deux personnes ? Comment considérer comme une personne une réalité dont l’individualité n’est même pas sûre ». La démonstration est la suivante. La personne est indivisible : en effet, qui dit personne, dit individu ; mais l’individu est par étymologie un être un, indivis par soi. Or, l’embryon est divisible, du moins jusqu’à un certain stade, […] Donc l’embryon n’est pas une personne humaine ; on ne peut parler de celle-ci que dépassée la possibilité d’apparition d’une gémellité vraie ».

Dès lors l’animation de l’embryon ne serait possible qu´au-delà du quatorzième jour. Cependant, si l’embryon n’a pas d’âme humaine avant cela, se pose alors le problème de la manipulation des embryons, et l’avortement avant 14 jours. Est-ce légitime ? Pascal Ide dénombre alors 7 arguments en faveur de la personnalisation de l’embryon dès la conception : l’autorité des hommes de science, l’entrelacement de l’union et de la procréation, le mystère des origines, la phénoménologie du don, la phénoménologie de la démaîtrise, les traumatismes de la vie fœtale, la gravité de l’avortement depuis la conception. Le premier argument illustrera cette seconde thèse :

 » Le grand naturaliste doublé d’un philosophe qu’était Pierre-Paul Grassé affirmait : « Toute l’information génétique, d’où nous tirons non seulement nos structures mais aussi nos caractéristiques individuelles ; existe dans l’œuf fécondé ; l’être humain intégral se trouve donc présent dans cet œuf, alors même qu’il est indivis. Cette information demeure la même de la naissance à la mort ; elle donne à notre personnalité son fondement matériel et chimique » De même, le généticien Jérôme Lejeune, ´inventeur » de la trisomie 21 écrivait : « Accepter le fait qu’après la fécondation, un nouvel humain est parvenu à l’être, n’est plus une question de goût ou d’opinion. La nature humaine de l’être humain, depuis sa conception jusqu’à la vieillesse n’est plus une hypothèse métaphysique mais bien une évidence expérimentale » ».

Enfin, Pascal Ide nous propose une troisième thèse : ceux qui estiment que la question ne peut être tranchée. Ainsi par exemple Roberto Adorno : « on ne peut soutenir ni nier avec certitude que l´embryon soit une personne. Aucune des deux réponses ne s´impose avec netteté. Le corps minuscule de l´embryon est, certes, vivant et biologiquement humain. Mais, vu qu´il n´y a pas de moyen pour vérifier la présence d´une âme rationnelle chez lui, comment savoir s´il est animé dès la conception par un principe spirituel ou par un simple principe de vie végétale ou animale ».

Notre auteur va ensuite exposer sa thèse. La notion de personne est évidemment un concept dépassant le domaine scientifique. Toutefois avant de traiter le problème philosophiquement; une approche scientifique est nécessaire. Toutes les compétences médicales de Pascal Ide vont ici intervenir. Avec une grande précision, il nous décrit cette extraordinaire aventure de la fécondation. Il conclut en donnant cinq caractéristiques du zygote tout à fait essentielles pour démontrer l´animation immédiate du zygote : la spécificité, l´unicité, l´unité interne, la continuité de son développement et l´activité. Il les regroupe sous deux chefs : l´identité et le dynamisme : « Telles sont les deux propriétés caractéristiques de l´œuf fécondé, l´unité et l´ouverture dynamique : d´une part, depuis la syngamie, il existe et agit comme un être ontologiquement unitaire, doué d´une identité précise ; d´autre part, il est intrinsèquement orienté et déterminé à un développement bien défini » .

L’approche philosophique de Pascal Ide vient ensuite poser définitivement sa thèse. Après avoir défini la personne comme individu, comme être spirituel et comme corps organisé animé par un esprit, il écrit :

« Affirmer la présence d’une âme spirituelle dès le point de départ, loin d´offusquer la matière, d’une part l´honore, d´autre part, en sauvegarde le dynamisme intime. En effet, […] la préparation de l´embryon à l´animation spirituelle octroie un rôle démesuré à la vertu germinale des parents, donc à un agent extrinsèque, transitif. Or, la macromolécule d´ADN, constitue une cause immanente au sein du nouveau vivant. Tout à l´inverse la présence de l´esprit au point de départ immanentise le principe de croissance. Or, l´un des principes de la vision thomasienne de la réalité est d´accorder le plus d´autonomie possible à la créature, restant sauve la transcendance du Créateur et de sa motion première. Et ce principe se vérifie tout particulièrement pour l´être humain qui, de tous les vivants, a le processus de maturation le plus lent et le plus complexe : il passe d´un stade dénué d´organes fonctionnels à un état extrêmement organisé. Par conséquent, la présence d´un principe organisateur immanent à l´être humain seul honore sa consistance et son dynamisme propre : à titre instrumental comme génome ; à titre principal comme âme spirituelle ».

Enfin, la dernière partie de l’ouvrage qui est sans doute la plus intéressante, où Pascal Ide répond à chacun des arguments des partisans de l´animation médiate et des indécis.

Qu´en est-il donc du problème des jumeaux monozygotes ? Selon lui l´erreur de l´objection est double : métaphysique et cosmologique. Du point de vue métaphysique il y a une confusion des termes indivision et indivisibilité. « La première est à la seconde ce que l´acte est à la puissance. Or, la définition médiévale de l´individu utilise le terme individuum – qui signifie non divisé – et non pas indivisible. De plus, qui dit individualité dit unité. Or, le transcendantal unum comporte deux versants : l´indivision en soi et la distinction des autres réalités. Par conséquent, un individu se caractérise par son individualité, non par son indivisibilité ». L´embryon est donc un et deux en même temps, mais sous des angles différents : un en acte, deux en puissance.

Cependant, il faut éclaircir davantage ce processus de divisibilité. Mais avant cela il faut bien comprendre qu´un corps vivant indépendant est déjà animé, car un corps n´est organique qu´informé. Or, pour être spirituelle, l´âme humaine n´en est pas moins unie à son corps comme son acte, comme le principe qui lui donne d´être de vivre et d´opérer. Ce qui est vrai du vivant en général est vrai aussi de l´homme. Qu´en est-il donc du processus d´apparition des jumeaux ? Notre vision des choses trouble le problème.. Il ne faut pas voir la gémellisation comme une division en deux à l´identique. « Il s´agit, explique Pascal Ide, plutôt du détachement d´un blastomère à partir de plusieurs autres. Amputé d´une partie de lui-même le zygote est à même de reconstituer la partie manquant, cependant que les blastomères détachés sont capables de leur côté de reconstituer un œuf complet ». Ainsi, une individualité embryonnaire ne se coupe pas en deux, mais l´un des deux jumeaux précède l´autre. Le second jumeau naît à partir de l´autre. Il n´y a pas de convertibilité entre les deux embryons. Le processus est hiérarchique. Le premier système reste donc le premier système, modifié si l´on veut comme un adulte peut être amputé d´un de ses membres. « Tandis que le second système commence sa propre existence ontologique à partir du moment de la séparation, le premier système, lui, continue son développement, sans rien perdre de son identité biologique et ontologique ».

Chaque argument est ainsi contrecarré minutieusement. Pour les métaphysiciens, la réponse donnée au problème de l’organisation du corps suscitera certainement leur intérêt.

Cet ouvrage mériterait finalement plus de développement du fait de sa richesse et de son intérêt. Mais nous laisserons au lecteur la joie de parcourir ces pages et de trouver réponse à leurs multiples questions. Nous pouvons remercier Pascal Ide pour cet excellent ouvrage.

Godeleine Lafargue

Cahiers Saint Raphaël n° 78. de l’ACIM.

Questions disputées : Saint Thomas et les thomistes

Pierre Téqui éditeur. Décembre 2004

272p. 18 euros

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Informations légales

1. Présentation du site.

En vertu de l’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, il est précisé aux utilisateurs du site www.assomedicalegabriel.fr l’identité des différents intervenants dans le cadre de sa réalisation et de son suivi :

Propriétaire : Association Médicale Gabriel – Association loi 1901 – W691092283 PREFECTURE DE LYON – 3 allée Berger, 69160 Tassin-La-Demi-Lune
Créateur : AD/sum
Responsable publication : Dr Jean Jacques Canet – [email protected]
Le responsable publication est une personne physique ou une personne morale.
Webmaster : AD/sum – [email protected]
Hébergeur : AD/sum – 4 rue Sala, 69002, Lyon
Crédits :
Le modèle de mentions légales est offert par Subdelirium.com Générateur de mentions légales

2. Conditions générales d’utilisation du site et des services proposés.

L’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr implique l’acceptation pleine et entière des conditions générales d’utilisation ci-après décrites. Ces conditions d’utilisation sont susceptibles d’être modifiées ou complétées à tout moment, les utilisateurs du site www.assomedicalegabriel.fr sont donc invités à les consulter de manière régulière.

Ce site est normalement accessible à tout moment aux utilisateurs. Une interruption pour raison de maintenance technique peut être toutefois décidée par Association Médicale Gabriel, qui s’efforcera alors de communiquer préalablement aux utilisateurs les dates et heures de l’intervention.

Le site www.assomedicalegabriel.fr est mis à jour régulièrement par Dr Jean Jacques Canet. De la même façon, les mentions légales peuvent être modifiées à tout moment : elles s’imposent néanmoins à l’utilisateur qui est invité à s’y référer le plus souvent possible afin d’en prendre connaissance.

3. Description des services fournis.

Le site www.assomedicalegabriel.fr a pour objet de fournir une information concernant l’ensemble des activités de la société.

Association Médicale Gabriel s’efforce de fournir sur le site www.assomedicalegabriel.fr des informations aussi précises que possible. Toutefois, il ne pourra être tenue responsable des omissions, des inexactitudes et des carences dans la mise à jour, qu’elles soient de son fait ou du fait des tiers partenaires qui lui fournissent ces informations.

Tous les informations indiquées sur le site www.assomedicalegabriel.fr sont données à titre indicatif, et sont susceptibles d’évoluer. Par ailleurs, les renseignements figurant sur le site www.assomedicalegabriel.fr ne sont pas exhaustifs. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne.

4. Limitations contractuelles sur les données techniques.

Le site utilise la technologie JavaScript.

Le site Internet ne pourra être tenu responsable de dommages matériels liés à l’utilisation du site. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour

5. Propriété intellectuelle et contrefaçons.

Association Médicale Gabriel est propriétaire des droits de propriété intellectuelle ou détient les droits d’usage sur tous les éléments accessibles sur le site, notamment les textes, images, graphismes, logo, icônes, sons, logiciels.

Toute reproduction, représentation, modification, publication, adaptation de tout ou partie des éléments du site, quel que soit le moyen ou le procédé utilisé, est interdite, sauf autorisation écrite préalable de : Association Médicale Gabriel.

Toute exploitation non autorisée du site ou de l’un quelconque des éléments qu’il contient sera considérée comme constitutive d’une contrefaçon et poursuivie conformément aux dispositions des articles L.335-2 et suivants du Code de Propriété Intellectuelle.

6. Limitations de responsabilité.

Association Médicale Gabriel ne pourra être tenue responsable des dommages directs et indirects causés au matériel de l’utilisateur, lors de l’accès au site www.assomedicalegabriel.fr, et résultant soit de l’utilisation d’un matériel ne répondant pas aux spécifications indiquées au point 4, soit de l’apparition d’un bug ou d’une incompatibilité.

Association Médicale Gabriel ne pourra également être tenue responsable des dommages indirects (tels par exemple qu’une perte de marché ou perte d’une chance) consécutifs à l’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr.

Des espaces interactifs (possibilité de poser des questions dans l’espace contact) sont à la disposition des utilisateurs. Association Médicale Gabriel se réserve le droit de supprimer, sans mise en demeure préalable, tout contenu déposé dans cet espace qui contreviendrait à la législation applicable en France, en particulier aux dispositions relatives à la protection des données. Le cas échéant, Association Médicale Gabriel se réserve également la possibilité de mettre en cause la responsabilité civile et/ou pénale de l’utilisateur, notamment en cas de message à caractère raciste, injurieux, diffamant, ou pornographique, quel que soit le support utilisé (texte, photographie…).

7. Gestion des données personnelles.

En France, les données personnelles sont notamment protégées par la loi n° 78-87 du 6 janvier 1978, la loi n° 2004-801 du 6 août 2004, l’article L. 226-13 du Code pénal et la Directive Européenne du 24 octobre 1995.

A l’occasion de l’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr, peuvent êtres recueillies : l’URL des liens par l’intermédiaire desquels l’utilisateur a accédé au site www.assomedicalegabriel.fr, le fournisseur d’accès de l’utilisateur, l’adresse de protocole Internet (IP) de l’utilisateur.

En tout état de cause Association Médicale Gabriel ne collecte des informations personnelles relatives à l’utilisateur que pour le besoin de certains services proposés par le site www.assomedicalegabriel.fr. L’utilisateur fournit ces informations en toute connaissance de cause, notamment lorsqu’il procède par lui-même à leur saisie. Il est alors précisé à l’utilisateur du site www.assomedicalegabriel.fr l’obligation ou non de fournir ces informations.

Conformément aux dispositions des articles 38 et suivants de la loi 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, tout utilisateur dispose d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données personnelles le concernant, en effectuant sa demande écrite et signée, accompagnée d’une copie du titre d’identité avec signature du titulaire de la pièce, en précisant l’adresse à laquelle la réponse doit être envoyée.

Aucune information personnelle de l’utilisateur du site www.assomedicalegabriel.fr n’est publiée à l’insu de l’utilisateur, échangée, transférée, cédée ou vendue sur un support quelconque à des tiers. Seule l’hypothèse du rachat de Association Médicale Gabriel et de ses droits permettrait la transmission des dites informations à l’éventuel acquéreur qui serait à son tour tenu de la même obligation de conservation et de modification des données vis à vis de l’utilisateur du site www.assomedicalegabriel.fr.

Le site n’est pas déclaré à la CNIL car il ne recueille pas d’informations personnelles. .

Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

8. Liens hypertextes et cookies.

Le site www.assomedicalegabriel.fr contient un certain nombre de liens hypertextes vers d’autres sites, mis en place avec l’autorisation de Association Médicale Gabriel. Cependant, Association Médicale Gabriel n’a pas la possibilité de vérifier le contenu des sites ainsi visités, et n’assumera en conséquence aucune responsabilité de ce fait.

La navigation sur le site www.assomedicalegabriel.fr est susceptible de provoquer l’installation de cookie(s) sur l’ordinateur de l’utilisateur. Un cookie est un fichier de petite taille, qui ne permet pas l’identification de l’utilisateur, mais qui enregistre des informations relatives à la navigation d’un ordinateur sur un site. Les données ainsi obtenues visent à faciliter la navigation ultérieure sur le site, et ont également vocation à permettre diverses mesures de fréquentation.

Le refus d’installation d’un cookie peut entraîner l’impossibilité d’accéder à certains services. L’utilisateur peut toutefois configurer son ordinateur de la manière suivante, pour refuser l’installation des cookies :

Sous Internet Explorer : onglet outil (pictogramme en forme de rouage en haut a droite) / options internet. Cliquez sur Confidentialité et choisissez Bloquer tous les cookies. Validez sur Ok.

Sous Firefox : en haut de la fenêtre du navigateur, cliquez sur le bouton Firefox, puis aller dans l’onglet Options. Cliquer sur l’onglet Vie privée.
Paramétrez les Règles de conservation sur : utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique. Enfin décochez-la pour désactiver les cookies.

Sous Safari : Cliquez en haut à droite du navigateur sur le pictogramme de menu (symbolisé par un rouage). Sélectionnez Paramètres. Cliquez sur Afficher les paramètres avancés. Dans la section « Confidentialité », cliquez sur Paramètres de contenu. Dans la section « Cookies », vous pouvez bloquer les cookies.

Sous Chrome : Cliquez en haut à droite du navigateur sur le pictogramme de menu (symbolisé par trois lignes horizontales). Sélectionnez Paramètres. Cliquez sur Afficher les paramètres avancés. Dans la section « Confidentialité », cliquez sur préférences. Dans l’onglet « Confidentialité », vous pouvez bloquer les cookies.

9. Droit applicable et attribution de juridiction.

Tout litige en relation avec l’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr est soumis au droit français. Il est fait attribution exclusive de juridiction aux tribunaux compétents de Paris.

10. Les principales lois concernées.

Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, notamment modifiée par la loi n° 2004-801 du 6 août 2004 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés.

Loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique.

11. Lexique.

Utilisateur : Internaute se connectant, utilisant le site susnommé.

Informations personnelles : « les informations qui permettent, sous quelque forme que ce soit, directement ou non, l’identification des personnes physiques auxquelles elles s’appliquent » (article 4 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978).

Nous soutenir
Don à l'AMG

🍪

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation.