objection_conscience.jpg

La conscience entre droits et devoirs

L’inflation du droit entraîne une multiplication proportionnelle des devoirs. Elle oblige le citoyen à se placer en conscience devant les injonctions de la loi et à se déterminer.


objection_conscience.jpg

Pour ne se limiter qu’au domaine de la santé, l’IVG, la PMA, les manipulations sur l’embryon et, depuis 2015, la fin de vie, entre autres, placent les professionnels devant un certain nombre de défis éthiques qui mettent à mal leurs convictions. Avec la multiplication des normes édictées par l’Etat, il y a fort à parier que l’individu, confronté à un nombre croissant de contraintes, sera de plus en plus souvent renvoyé à sa conscience. Et quand ce que la loi demande s’oppose à cette conscience, le recours à l’objection ne s’impose pas seulement comme un droit, mais comme un devoir.

 
Historiquement, l’objection de conscience naît avec la modernité, quand la loi devient l’expression, non plus de la vérité, mais de la volonté générale. La loi se transforme en instrument au service d’un pouvoir qui devient arbitraire, et dont la volonté affichée est d’améliorer l’homme. Mais selon quels critères désormais ? Avec la seconde guerre mondiale, les démocraties prennent conscience qu’elles peuvent conduire à un régime totalitaire. Pour se protéger de nouvelles dérives, elles instaurent la Déclaration Universelle des droits de l’homme, qui sera promulguée en 1948, un ensemble de principes qu’elles établissent au-dessus de la démocratie, mais qui s’agrège néanmoins sur la base d’un contrat social qui montre ses limites.

 
La question de l’objection de conscience a été abordée lors des Journées de Bioéthique de Paray-le-Monial [[Du 11 au 13 novembre 2016.]]. Cet article a été élaboré notamment à partir des grandes lignes de l’intervention du philosophe Thibaud Collin [[L’article a été rédigé à partir des notes prises lors de l’intervention.]].

 

Au risque de la schizophrénie

 
La société contemporaine repose sur une dualité entre la pensée et l’agir : si chacun dispose d’une grande liberté de pensée, le prix à payer est que l’action trouve sa mesure dans la loi. Et la loi, commune à tous, doit être respectée pour éviter de tourner à l’anarchie.

Les principes qui sous-tendent cet actuel « vivre ensemble » sont ceux qui avaient cours au XVIIe siècle, tels qu’ont pu les formuler Hobbes ou Spinoza. Ces philosophes considéraient que la guerre civile, c’est-à-dire, la guerre de tous par tous était le pire des maux. Ils situaient l’origine de ces guerres dans le fait d’avoir une opinion et de vouloir l’imposer aux autres. Aussi, dans le type de contrat social qu’ils cherchent à mettre en place, si la liberté d’opinion et de pensée est totale, elle doit être circonscrite… à ma propre tête. Et dans la mise en œuvre de mes convictions, dans ce qui a trait au domaine de l’action, c’est la contrainte de la loi qui pose le cadre pour éviter la guerre de tous par tous. La paix, ainsi obtenue et entretenue, se construit sur l’inévitable séparation de la pensée et de l’action.

 
Appliqué à la question de l’avortement par exemple, ce principe suppose que si chaque personne est libre d’être contre l’IVG, il lui est impossible de refuser de le pratiquer parce qu’il contraint une femme à ne pas avorter : or, le droit implique le devoir de respecter mon droit, parce que dans ce cadre, l’agir ne peut être conforme à la pensée. Un tel état des choses conduirait à l’anarchie. Pour maintenir cette position, il faut que la vie commune soit fondée sur une autorité arbitraire : « Ce qui fait la loi, ce n’est pas la vérité », explique Hobbes, « c’est l’autorité » [[Cf. Hobbes, Léviathan, 1651, Livre II, § 30, tr. G. Mairet, Folio essais, p. 509.]].
 

En distinguant la sphère privée de la sphère publique, l’individu s’insère dans une logique des droits qui fonctionne comme un impératif. Impératif qui, dans nos sociétés, a été fort bien intégré et qui explique l’intolérance actuelle vis-à-vis de l’objection de conscience  : objecter implique nécessairement de se soustraire à la loi. Aussi, si l’exercice de la clause de conscience est théoriquement possible, elle est, en réalité, très difficile à mettre en œuvre parce qu’elle apparaît comme une forme de contestation de la loi. Comme tel, celui qui objecte dérange et pose question. Il rappelle « ce qu’on n’a pas envie d’entendre ». Plus ou moins inconsciemment, il renvoie les personnes à leur propre conscience : pourquoi es-tu différent alors que la loi semble au service de tous ?
 

Pourquoi objecter ?

 
Face au défi de la loi, la conscience morale obéit à quelque chose de plus grand qu’elle. Celui qui objecte est témoin de quelque chose d’universel, il est au service du bien commun. La loi, en effet, tient sa légitimité de ce qu’elle subordonne l’agir au bien commun. Aussi, faisant l’expérience de la conscience morale, il fait l’expérience d’être lié, obligé d’agir à l’encontre de ce que lui indique la loi positive. En objectant, l’individu interpelle la loi en lui rappelant sa raison d’être.
 

La conscience morale comprend une faculté qui permet de connaître la vérité, la réalité telle qu’elle est. Elle pose un acte de la raison, un jugement de la raison, qui touche l’expérience du remords, de l’obligation [[Karol Wojtyla, Personne et acte.]]. C’est en raison de ce lien existentiel entre notre intelligence et l’exigence de la vérité que nous pouvons éprouver l’obligation de ne pas nous soumettre à une loi qui bafouerait cette vérité. Et s’il y a toujours quelque chose de sur mesure dans la conscience morale, le jugement s’établit à la lumière d’une vérité universelle. Dans l’acte posé ou à poser, c’est en référence à cette vérité universelle que la raison détermine l’acte bon à réaliser ou l’acte mauvais à éviter.
 

De plus, la décision d’agir conformément à sa conscience est particulièrement importante parce qu’elle permet à la personne, dans telle situation, d’accomplir son être humain, de se réaliser en tant que personne humaine. La conscience est médiatrice de la loi naturelle, qui est un chemin de vie par lequel l’homme se découvre fidèle à ce qui le constitue profondément comme être humain. Par cette voie, tout homme est capable de trouver le bonheur. Celui qui obéit à sa conscience, lui obéit comme à la médiatrice d’une vérité profonde sur l’être humain.

 

Rendre raison de ses actes

 
En agissant conformément à sa conscience morale, l’objecteur, qui utilise sa raison, entre dans la faculté de connaître qui a trait à la vérité. Il cherche le bien à réaliser et le mal à éviteret il peut rendre raison des motifs qui le pousse à la contestation : l’acte comporte une dimension objective qui le justifie. L’objecteur ne refuse pas pour refuser. Il est prêt à entendre les objections qui lui sont opposées, il n’est pas enfermé dans sa bulle. Il rend témoignage de son refus. En adressant une parole, en agissant selon ce qu’il croit juste et bon, il affirme l’unité de sa personne et de la vérité, dans le souci du bien commun. C’est pour cette raison que, la conscience morale étant le juge le plus proche de l’action, il est essentiel que chaque personne puisse suivre sa conscience, ce qui implique d’être particulièrement vigilant à sa formation !
 

Enfin, l’objecteur a le souci de ce qui caractérise un être humain, sa dignité. Cette dignité humaine se révèle particulièrement quand il agit pour se réaliser à travers ses actes pour  rejoindre, par elle,  la vérité sur lui-même.
 

Pour cela, il a besoin d’approfondir, d’être sûr que la décision qu’il prend ici et maintenant, et qu’il devra assumer, repose sur le vrai bien. Il récuse toute dynamique du moindre mal qui reste un mal contre la dignité de l’être humain. Il le tolère cependant quand il n’implique pas de faire le mal même en vue d’un bien, mais de le supporter pour en éviter un plus grave. En ce sens, il est pleinement cohérent. Pas d’une cohérence « normale », mais comme nourrie par la recherche de la vérité : cette cohérence est celle de l’être humain qui reconnait qu’il n’est pas la source de la dignité humaine, mais qui l’assume pleinement. Dans la vie qui est la sienne, il ne joue pas un personnage. Et tout en investissant pleinement le poids de son existence humaine, il refuse une légèreté, une insouciance qui l’éloigne de ce qu’il est appelé à être.

 
Etant cause de ses actes, jusqu’à en assumer les conséquences parfois dramatiques, l’objecteur manifeste la plénitude de sa liberté humaine. Une liberté qui, dans un monde encadré par un « prêt-à-penser » souvent à l’origine d’un « prêt-à-agir », peut avoir le tort d’apparaître, à son corps défendant, comme une provocation extrême.

Tiré de http://www.genethique.org/fr/la-conscience-entre-droits-et-devoirs-66922.html#.WJhXxfnhDa8

Partager l'article

Partager sur facebook
Partager sur google
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur pinterest
Partager sur print
Partager sur email

Informations légales

1. Présentation du site.

En vertu de l’article 6 de la loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique, il est précisé aux utilisateurs du site www.assomedicalegabriel.fr l’identité des différents intervenants dans le cadre de sa réalisation et de son suivi :

Propriétaire : Association Médicale Gabriel – Association loi 1901 – W691092283 PREFECTURE DE LYON – 3 allée Berger, 69160 Tassin-La-Demi-Lune
Créateur : AD/sum
Responsable publication : Dr Jean Jacques Canet – contact@assomedicalegabriel.fr
Le responsable publication est une personne physique ou une personne morale.
Webmaster : AD/sum – webmaster@ad-sum.com
Hébergeur : AD/sum – 4 rue Sala, 69002, Lyon
Crédits :
Le modèle de mentions légales est offert par Subdelirium.com Générateur de mentions légales

2. Conditions générales d’utilisation du site et des services proposés.

L’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr implique l’acceptation pleine et entière des conditions générales d’utilisation ci-après décrites. Ces conditions d’utilisation sont susceptibles d’être modifiées ou complétées à tout moment, les utilisateurs du site www.assomedicalegabriel.fr sont donc invités à les consulter de manière régulière.

Ce site est normalement accessible à tout moment aux utilisateurs. Une interruption pour raison de maintenance technique peut être toutefois décidée par Association Médicale Gabriel, qui s’efforcera alors de communiquer préalablement aux utilisateurs les dates et heures de l’intervention.

Le site www.assomedicalegabriel.fr est mis à jour régulièrement par Dr Jean Jacques Canet. De la même façon, les mentions légales peuvent être modifiées à tout moment : elles s’imposent néanmoins à l’utilisateur qui est invité à s’y référer le plus souvent possible afin d’en prendre connaissance.

3. Description des services fournis.

Le site www.assomedicalegabriel.fr a pour objet de fournir une information concernant l’ensemble des activités de la société.

Association Médicale Gabriel s’efforce de fournir sur le site www.assomedicalegabriel.fr des informations aussi précises que possible. Toutefois, il ne pourra être tenue responsable des omissions, des inexactitudes et des carences dans la mise à jour, qu’elles soient de son fait ou du fait des tiers partenaires qui lui fournissent ces informations.

Tous les informations indiquées sur le site www.assomedicalegabriel.fr sont données à titre indicatif, et sont susceptibles d’évoluer. Par ailleurs, les renseignements figurant sur le site www.assomedicalegabriel.fr ne sont pas exhaustifs. Ils sont donnés sous réserve de modifications ayant été apportées depuis leur mise en ligne.

4. Limitations contractuelles sur les données techniques.

Le site utilise la technologie JavaScript.

Le site Internet ne pourra être tenu responsable de dommages matériels liés à l’utilisation du site. De plus, l’utilisateur du site s’engage à accéder au site en utilisant un matériel récent, ne contenant pas de virus et avec un navigateur de dernière génération mis-à-jour

5. Propriété intellectuelle et contrefaçons.

Association Médicale Gabriel est propriétaire des droits de propriété intellectuelle ou détient les droits d’usage sur tous les éléments accessibles sur le site, notamment les textes, images, graphismes, logo, icônes, sons, logiciels.

Toute reproduction, représentation, modification, publication, adaptation de tout ou partie des éléments du site, quel que soit le moyen ou le procédé utilisé, est interdite, sauf autorisation écrite préalable de : Association Médicale Gabriel.

Toute exploitation non autorisée du site ou de l’un quelconque des éléments qu’il contient sera considérée comme constitutive d’une contrefaçon et poursuivie conformément aux dispositions des articles L.335-2 et suivants du Code de Propriété Intellectuelle.

6. Limitations de responsabilité.

Association Médicale Gabriel ne pourra être tenue responsable des dommages directs et indirects causés au matériel de l’utilisateur, lors de l’accès au site www.assomedicalegabriel.fr, et résultant soit de l’utilisation d’un matériel ne répondant pas aux spécifications indiquées au point 4, soit de l’apparition d’un bug ou d’une incompatibilité.

Association Médicale Gabriel ne pourra également être tenue responsable des dommages indirects (tels par exemple qu’une perte de marché ou perte d’une chance) consécutifs à l’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr.

Des espaces interactifs (possibilité de poser des questions dans l’espace contact) sont à la disposition des utilisateurs. Association Médicale Gabriel se réserve le droit de supprimer, sans mise en demeure préalable, tout contenu déposé dans cet espace qui contreviendrait à la législation applicable en France, en particulier aux dispositions relatives à la protection des données. Le cas échéant, Association Médicale Gabriel se réserve également la possibilité de mettre en cause la responsabilité civile et/ou pénale de l’utilisateur, notamment en cas de message à caractère raciste, injurieux, diffamant, ou pornographique, quel que soit le support utilisé (texte, photographie…).

7. Gestion des données personnelles.

En France, les données personnelles sont notamment protégées par la loi n° 78-87 du 6 janvier 1978, la loi n° 2004-801 du 6 août 2004, l’article L. 226-13 du Code pénal et la Directive Européenne du 24 octobre 1995.

A l’occasion de l’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr, peuvent êtres recueillies : l’URL des liens par l’intermédiaire desquels l’utilisateur a accédé au site www.assomedicalegabriel.fr, le fournisseur d’accès de l’utilisateur, l’adresse de protocole Internet (IP) de l’utilisateur.

En tout état de cause Association Médicale Gabriel ne collecte des informations personnelles relatives à l’utilisateur que pour le besoin de certains services proposés par le site www.assomedicalegabriel.fr. L’utilisateur fournit ces informations en toute connaissance de cause, notamment lorsqu’il procède par lui-même à leur saisie. Il est alors précisé à l’utilisateur du site www.assomedicalegabriel.fr l’obligation ou non de fournir ces informations.

Conformément aux dispositions des articles 38 et suivants de la loi 78-17 du 6 janvier 1978 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés, tout utilisateur dispose d’un droit d’accès, de rectification et d’opposition aux données personnelles le concernant, en effectuant sa demande écrite et signée, accompagnée d’une copie du titre d’identité avec signature du titulaire de la pièce, en précisant l’adresse à laquelle la réponse doit être envoyée.

Aucune information personnelle de l’utilisateur du site www.assomedicalegabriel.fr n’est publiée à l’insu de l’utilisateur, échangée, transférée, cédée ou vendue sur un support quelconque à des tiers. Seule l’hypothèse du rachat de Association Médicale Gabriel et de ses droits permettrait la transmission des dites informations à l’éventuel acquéreur qui serait à son tour tenu de la même obligation de conservation et de modification des données vis à vis de l’utilisateur du site www.assomedicalegabriel.fr.

Le site n’est pas déclaré à la CNIL car il ne recueille pas d’informations personnelles. .

Les bases de données sont protégées par les dispositions de la loi du 1er juillet 1998 transposant la directive 96/9 du 11 mars 1996 relative à la protection juridique des bases de données.

8. Liens hypertextes et cookies.

Le site www.assomedicalegabriel.fr contient un certain nombre de liens hypertextes vers d’autres sites, mis en place avec l’autorisation de Association Médicale Gabriel. Cependant, Association Médicale Gabriel n’a pas la possibilité de vérifier le contenu des sites ainsi visités, et n’assumera en conséquence aucune responsabilité de ce fait.

La navigation sur le site www.assomedicalegabriel.fr est susceptible de provoquer l’installation de cookie(s) sur l’ordinateur de l’utilisateur. Un cookie est un fichier de petite taille, qui ne permet pas l’identification de l’utilisateur, mais qui enregistre des informations relatives à la navigation d’un ordinateur sur un site. Les données ainsi obtenues visent à faciliter la navigation ultérieure sur le site, et ont également vocation à permettre diverses mesures de fréquentation.

Le refus d’installation d’un cookie peut entraîner l’impossibilité d’accéder à certains services. L’utilisateur peut toutefois configurer son ordinateur de la manière suivante, pour refuser l’installation des cookies :

Sous Internet Explorer : onglet outil (pictogramme en forme de rouage en haut a droite) / options internet. Cliquez sur Confidentialité et choisissez Bloquer tous les cookies. Validez sur Ok.

Sous Firefox : en haut de la fenêtre du navigateur, cliquez sur le bouton Firefox, puis aller dans l’onglet Options. Cliquer sur l’onglet Vie privée.
Paramétrez les Règles de conservation sur : utiliser les paramètres personnalisés pour l’historique. Enfin décochez-la pour désactiver les cookies.

Sous Safari : Cliquez en haut à droite du navigateur sur le pictogramme de menu (symbolisé par un rouage). Sélectionnez Paramètres. Cliquez sur Afficher les paramètres avancés. Dans la section « Confidentialité », cliquez sur Paramètres de contenu. Dans la section « Cookies », vous pouvez bloquer les cookies.

Sous Chrome : Cliquez en haut à droite du navigateur sur le pictogramme de menu (symbolisé par trois lignes horizontales). Sélectionnez Paramètres. Cliquez sur Afficher les paramètres avancés. Dans la section « Confidentialité », cliquez sur préférences. Dans l’onglet « Confidentialité », vous pouvez bloquer les cookies.

9. Droit applicable et attribution de juridiction.

Tout litige en relation avec l’utilisation du site www.assomedicalegabriel.fr est soumis au droit français. Il est fait attribution exclusive de juridiction aux tribunaux compétents de Paris.

10. Les principales lois concernées.

Loi n° 78-17 du 6 janvier 1978, notamment modifiée par la loi n° 2004-801 du 6 août 2004 relative à l’informatique, aux fichiers et aux libertés.

Loi n° 2004-575 du 21 juin 2004 pour la confiance dans l’économie numérique.

11. Lexique.

Utilisateur : Internaute se connectant, utilisant le site susnommé.

Informations personnelles : « les informations qui permettent, sous quelque forme que ce soit, directement ou non, l’identification des personnes physiques auxquelles elles s’appliquent » (article 4 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978).

Nous soutenir
Don à l'AMG

🍪

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre navigation.